Sarkozy a pris Harper en pitié

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Harper était en difficulté politique

C’est pourquoi Sarkozy l’aurait invité il y a deux ans à la dernière minute à la commémoration du Jour-J en Normandie.

C’est ce que révèle une fuite embarrassante publiée par « WikiLeaks » la  semaine dernière.

Un diplomate américain à Paris écrit dans un télégramme à ses patrons à Washington en 2009 qu’un fonctionnaire français, Jean Levitte, lui aurait dit que Sarkozy voulait aider à Harper.

Le Président français avait peur que Harper se fasse renverser  par une coalition de l’Opposition à Ottawa. Il faillait sortir Harper d’Ottawa à tout pris.

Selon le câble diplomatique, dont la véracité n’a pas encore été vérifiée, Sarkozy croyait que Harper faisait face à « de tels problèmes sur le plan politique au Canada » que la survie même du gouvernement Harper était menacée.

Le document ne dit pas si Harper avait demandé au Président Sarkozy de l’inviter.

On aurait cru que la mort des centaines de milliers de soldats canadiens en France aurait du être une raison suffisante pour inviter un premier ministre canadien à la commémoration.

Nous avons également raison de nous demander « Depuis quand est-ce que le Président français s’ingère dans la politique canadienne pour sauver la peau d’un politicien canadien qui est son ami? »

Qu’est-ce qui est arrivé à la « non-ingérence » de la France dans nos affaires politiques?

Pourrait-il par exemple inviter Jean Charest à Paris pour le sortir d’un scandale de corruption dans l’industrie de la construction au Québec?

Et pourrait-il le garder à Paris?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires