Revue de presse du 22 novembre

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Adieu le 5 cylindres Volkswagen

Selon des informations provenant du magazine américain Car and Driver, Volkswagen serait sur le point de trouver un remplaçant à son vieux moteur 5 cylindres 2,5 litres qui sert de base mécaniques à plusieurs véhicules de la firme.

Volkswagen introduirait en Amérique du Nord un nouveau bloc quatre cylindres turbo de 1,8 litre. Le constructeur de Wolfsburg se décide enfin à introduire plus de modernité dans ses moteurs, c'est en quelque sorte le message que veut délivrer le constructeur allemand en choisissant de remplacer son bloc cinq cylindres en ligne.

Le constructeur allemand devrait donc faire ici comme en Europe. Cette motorisation 1.8 l TSI devrait être disponible avec une puissance de 160 chevaux.

Ce moteur deviendrait donc l'entrée de gamme de la Jetta, New Beetle, Golf et Passat qui roulent toutes avec un moteur 2,5 litres en ce moment. Ce remplacement s'explique par le fait que ce nouveau moteur est plus économe en carburant et plus respectueux de l'environnement.

Sergio Scaglietti s’éteint à 91 ans

Pour bien des gens le nom Scaglietti évoque le nom de la Ferrari 612. Mais cette 612 fur baptisée en l’honneur d’une grand ami d’Enzo Ferrari.

Le carrossier italien avait notamment créé des modèles mythiques comme les 250 California Spider, 250 GTO ou encore la 250 Testa Rossa. En 1959, ses enfants Oscar et Claudio Scaglietti rentrèrent également dans l'organigramme de l'atelier de Modène repris en 1975 par Ferrari.

Sergio Scaglietti a débuté sa collaboration avec Enzo Ferrari avant même que celui-ci ne crée sa propre marque. C'était du temps Ferrari faisait courir des Alfa Romeo. Logiquement, lorsqu'est née la Scuderia, Scaglietti a travaillé sur les modèles de course qui était également homologuées pour la route puis a fondé la Carrozzeria qui porte son nom (1951). Homme discret et simple, il deviendra un ami très proche de la famille, à tel point que son entreprise deviendra partie intégrante de Ferrari en 1977. En 2004, Luca di Montezemolo décide de lui rendre hommage de son vivant en baptisant une nouvelle GT de son nom, la 612 Scaglietti était née.

Un premier coup d’œil à la nouvelle Porsche 911 cabriolet

Après avoir dévoilé la nouvelle 911 coupé au salon de l’auto de Francfort en septembre, Porsche dévoile les premières photos de la version cabriolet.

Au premier coup d’œil, il est difficile de déceler que Porsche a innové en matière de toit souple, mais cette type 991 cache un secret d’ingénierie. L’ossature de la capote en toile repose sur une structure de magnésium qui permet une meilleure résistance aux coups et aux dégradations, tout en conservant une certaine légèreté.

Sous le capot, les 911 Carrera et Carrera S bénéficient de la même mécanique que la version Coupé. A savoir un H6 3.4 litres de 350 chevaux pour la Carrera, et 3.8 litres de 400 chevaux pour la Carrera S. Les deux motorisations sont de série associées à une boîte de vitesses manuelle à sept rapports, et peuvent être équipées en option de la boîte automatique à double embrayage PDK.

La 911 cabriolet sera commercialisée au printemps 2012. La Carrera Cabriolet sera disponible à partir de 106 900$. Comptez 123 200$ pour la Carrera S Cabriolet.

Lotus confirme le V8 dans la prochaine Esprit

C’est le site internet américain autoblog. com qui a obtenu la nouvelle directement d’Hethel, en Angleterre. La prochaine Lotus Esprit prévue pour 2013 aura un moteur V8 d’une cylindrée de 4,8 litres.

Ce même bloc finira également sous le capot de l'Elite et de l'Eterne.

Fabriquée jusqu'en 2004, la Lotus Esprit va revenir à partir de 2013.  Une arrivée que tous les concessionnaires anticipent, car d’ici là, l’Evora est le seul modèle disponible chez Lotus. À son retour en 2013, l’Esprit profitera d’un moteur V8 4,8 litres de 580 chevaux, un poil de plus que les 570 chevaux de la Ferrari 458 et quelques une de moins que les 590 chevaux de sa rivale anglaise, la Mc Laren. Mais attention, Lotus a laissé entendre qu’une version turbocompressé de ce 4,8 litres pourrait atteindre les 630 chevaux.

En ce qui concerne le châssis modulaire de l’Esprit, il pourrait littéralement servir de base à tous les futurs produits de la petite firme britannique. De l’Élite à l’Eterne en passant par la prochaine génération dévora et de l’Elan.

Lexus étend sa gamme de GS

À l’image des grandes routières allemande, Lexus va faire de sa prochaine génération de GS une berline à vocation multiple, sans oublier une version plus vitaminée.

C’est le magazine anglais Autocar qui confirme que Lexus prépare une version de la GS qui va aller jouer dans la cour de la BMW M5, de la Mercedes E63 AMG et de l’Audi S6. En jouant dans un tout nouveau registre, une surprenante GS-F coifferait le haut de gamme de la famille. Adoptant un style extérieur plus radical, cette Lexus GS-F bénéficierait d'un châssis retravaillé et surtout d'une version dégonflée du V10 l’exotique LF-A. Le moteur passerait ainsi à une cylindrée de 4,6 litres pour une puissance de 456 ch. Après l’IS-F qui visait la M3 et la C63 AMG, Lexus pour suit vers le haut sa conquête d’absolu.

De l’autre côté du spectre, Lexus a également l’intention d’introduire un modèle hybride encore moins gourmand. Lexus propose actuellement un seul et unique bloc pour la nouvelle GS, la 450h : un V6 3.5 essence couplé à un moteur électrique, le tout développant 345 ch. Toyota annonce un 2e modèle hybride moins puissant que la GS 450h, une version exclusivement thermique, dotée d'un V6 2.5 essence et baptisée GS 250, viendrait épauler la GS 350 en entrée de gamme.

Grâce à cette nouvelle motorisation, Lexus pourra venir concurrencer les modèles Diesel allemand. Le moteur pourrait produire environ 180 chevaux.

Les voitures hybrides sont plus sécuritaires en cas d’impact

C’est la conclusion d’un organisme de recherche américain, la Highway Loss Data, qui se penche sur les données relatives à la sécurité et aux accidents de la route.

Lors de cette vaste étude, 25 modèles de véhicules datant de 2003 à 2011 et disponible chacun en version conventionnel ainsi qu'en version hybride ont été étudiés au microscope. Les données ont alors montré que les occupants couraient 27% de risques en moins d'être blessés s'ils se trouvaient dans la version hybride au moment de l'accident. Plusieurs raisons à cela, mais la principale reste le poids ; le poids supplémentaire de l'hybride étant transféré au véhicule rencontré, si ce dernier est plus léger, en cas de choc (ce qui signifie également qu'il est plus dangereux pour un véhicule conventionnel d'avoir un accident avec un hybride...).

Un bon point pour les hybrides, donc, mais toute médaille à son revers : les véhicules hybrides ont également 20% de risques en plus d'être impliqués dans des accidents graves avec des piétons. Toujours selon l'étude, les piétons les entendraient moins facilement arriver lorsque les véhicules roulent en mode tout électrique.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires