Jaco: quand la techno permet de changer des vies

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il y a plusieurs types de technologies. Il y a le gadget inutile, mais drôle. Il y a le truc techno qui est pratique, mais que finalement on ne se sert pas. Il y a l'objet très utile que l'on se sert tous les jours et il y a le gadget qui change une vie. J'ai récemment découvert le bras robotisé de la compagnie montréalaise Kinova. Ce bras, nommé Jaco, est l'une de ces technologies qui peut vraiment changer une vie. Il s'agit d'un bras articulé que l'on contrôle facilement comme un jeu vidéo. Il permet aux personnes handicapées d'avoir beaucoup plus d'autonomie et leur permet enfin de réaliser certaines tâches jusque-là impossibles.

Pour bien des gens qui ont eu des accidents ou qui sont atteints de maladies comme la dystrophie musculaire, prendre un verre d'eau est une lourde tâche. Quand on a un plein usage de nos deux bras, c'est difficile d'imaginer ça, mais les personnes handicapées doivent souvent être dépendantes de leurs proches. Ces aidants naturels vont aller chercher un verre, le remplir d'eau, y déposer une paille et finalement l'apporter au bénéficiaire.

Grâce à la jeune compagnie québécoise Kinova, plusieurs personnes handicapées sur la planète ont retrouvé une certaine autonomie. Ils installent le bras Jaco sur leur fauteuil roulant et ils sont maintenant capables de ramasser des objets au sol ou atteindre facilement le frigo ou des armoires. Le bras Jaco est muni de trois doigts flexibles qui permettent de prendre les objets. Le tout se fait facilement, rapidement et en toute sécurité.

Évidemment, l'utilisation de Jaco nécessite une certaine période d'adaptation. Après un petit cours rapide, j'ai été capable de verser le contenu d'une bouteille d'eau dans un verre. Après un peu de pratique, j'ai été en mesure de prendre une pomme dans un plat et l'amener vers ma bouche.

Les amateurs de jeu vidéo n'auraient pas trop de difficulté à opérer le bras. On retrouve trois modes. Le premier fait bouger le bras de façon horizontal et vertical, le deuxième s'occupe de faire une rotation du bras et de la main robotisée et finalement, le troisième mode permet d'ouvrir ou fermer la main en activant les doigts.

La compagnie Kinova a vendu une centaine de Jaco à travers le monde. Dans certains pays, il est remboursé par les assurances ou par le gouvernement. Au Québec, ce n'est pas le cas. Une personne handicapée doit débourser environ 35 000 $ pour « mettre la main » sur un Jaco.

J'ai découvert le bras Jaco grâce à mon cousin Vincent qui est atteint de dystrophie musculaire. Vincent tente de se procurer un bras robotisé qui pourrait certainement changer sa vie et celle de ses proches. Si jamais le coeur vous en dit, vous pouvez l'aider dans sa collecte de fonds via le site yoyomolo.com.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires