Sections

Urgences: malgré quelques pics, un été moins occupé que l'an dernier

À Granby et Cowansville


Publié le 11 août 2017

Le taux d'occupation dans les urgences de Granby et de Cowansville s'est vécu par pics cet été, contrairement à l'an dernier.

©TC Media - archives

SANTÉ. Le taux d'affluence dans les urgences de la région demeure relativement élevé en période estivale. Le bilan de l'été 2017 semble être plus reluisant que celui de l'an dernier quant au taux d'occupation.   

Ce constat peut s'expliquer, selon le CIUSSS de l'Estrie-CHUS, par l'absence de pandémie ou de situations cliniques particulières cette année.

«Globalement, tout se passe bien, il n'y a pas de débordements indus», laisse entendre Lyne Cardinal, directrice des services généraux au CIUSS de l'Estrie-CHUS.

«Au contraire de l'an dernier, nous avons eu à composer avec des pics cette année, dans le sens où nous dépassions notre taux d'occupation de 100 % lors de certaines semaines, ajoute-t-elle. Depuis la fin juillet, nous sommes par contre en deçà du 100 %, ce qui est mieux que l'an dernier.»

Au centre hospitalier de Granby, la semaine la plus compliquée aura été celle du 17 au 24 juin, avec des taux d'occupation variant entre 94 et 181 %. À Cowansville, à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins, c'est la semaine du 1er au 7 juillet qui s'est avéré être la plus chargée.

«On jongle le mieux possible avec nos ressources humaines, c'est une période de vacances pour tous, mais on a tout le personnel nécessaire en place dans nos services d'urgence», mentionne Mme Cardinal.

Soins de première ligne
En parallèle, les centres de soins alternatifs voient leur achalandage augmenter, ce qui peut avoir une incidence sur la fréquentation des urgences. «Les groupes de médecins de famille ont augmenté leur taux d'inscription. On observe que, malgré les vacances, les personnes ayant un médecin de famille et qui vivent une situation non urgente se tournent davantage vers ce type de ressource cette année», indique Mme Cardinal.

Toutes les plages horaires de la clinique d'accès de Granby sont utilisées, à raison de 160 visites par semaine, autant des suivis que de nouveaux patients. Une cinquantaine provient directement de l'urgence du centre hospitalier.

«On peut évaluer les résultats des mesures d'accessibilité des soins de première ligne et elles ont définitivement un impact, même si elles n'expliquent pas tout», termine Mme Cardinal.

Les usagers peuvent consulter le site suivant pour avoir un aperçu du taux d'occupation des civières de leur urgence.