Sections

L'intersection du Canac revue et corrigée


Publié le 27 septembre 2017

La circulation dans le secteur où se trouve la quincaillerie Canac a été repensée.

©TC Media - Ghyslain Forcier

MUNICIPAL. Devant la grogne soulevée précédemment, la Ville de Cowansville a réaménagé l'intersection des rues Vilas, du Sud et de l'entrée du quincailler Canac.    

Pour ceux qui roulent en direction de l'épicier IGA, sur la rue du Sud, le panneau d'arrêt a été rapproché de plusieurs pieds, pour se retrouver davantage vis-à-vis de la rue Vilas, au lieu d'être planté avant l'entrée du quincailler. «On parle d'une intersection plus normale, fait valoir Sylvain Perreault, le directeur des infrastructures et immobilisations à Cowansville.

L'entrée du Canac a quant à elle été convertie en sens unique. Les clients qui sortent du commerce doivent emprunter le nouveau prolongement de la rue Robert, situé plus à l'arrière.

L'ouverture de la nouvelle version de la rue Dufferin, rendue possible grâce à la démolition de la cantine Rétro, a entre autres permis de rendre possible ce changement.

Les automobilistes qui arrivent de la rue Vilas ont désormais la vie plus facile, croit M. Perreault. «Cette configuration est moins problématique pour eux, puisqu'ils ont un meilleur point de vue sur les autres automobilistes en arrêt.»

La Ville en est venue à cette configuration après avoir confié à la firme Tetra Tech le mandat de réaliser une étude de circulation. Un décompte du nombre d'automobilistes empruntant le secteur a aussi été fait.

«Au final, nous avons suivi les recommandations de la firme, laisse savoir M. Perreault. On avait la possibilité d'enlever le stop, mais on préfère ralentir le trafic dans ce coin, notamment à cause des résidences qui donnent sur la rue du Sud.

La lumière au bout du tunnel? 

Cowansville se penche sur cette problématique depuis quelques années, d'autant que l'offre commerciale du secteur a explosé. La Ville semble toutefois avoir trouvé la bonne solution. «Le dossier continue d'évoluer, il se pourrait que l'on apporte d'autres changements mineurs, ajoute M. Perreault. Une chose est certaine, le nombre de plaintes a énormément diminué.»