Sections

Candidat à la mairie de Sutton: Michel Lafrance se veut rassembleur


Publié le 6 octobre 2017

Michel Lafrance, fort de son bagage en santé notamment, se présente à la mairie de Sutton.

©TC Media - Ghyslain Forcier

ÉLECTIONS. Une course se dessine à la mairie de Sutton. L'ancien président du C.A. du défunt CSSS La Pommeraie, Michel Lafrance, brigue les suffrages comme candidat indépendant et se mesurera au maire sortant Louis Dandenault.  

L'aspirant maire préside le comité des usagers du Réseau local de service (RLS) La Pommeraie, présent dans quatre localités, à Bedford, à Farnham, à Cowansville et à Sutton.

S'étant installé à Sutton il y a une décennie, il occupe aussi le siège de vice-président de la Corporation de développement économique de Sutton (CDES).

«Je me suis toujours impliqué dans ma communauté, fait valoir l'homme de 73 ans. Ce qui me motive, c'est qu'au lieu de chialer, j'ai décidé d'essayer de comprendre, les enjeux, la complexité des choses. Ce n'est jamais blanc ou noir, il y a plusieurs zones de gris», opine-t-il.

Ses nombreuses heures de bénévolat auprès d'une panoplie d'entités, organismes communautaires, MRC, CLD, lui auront justement permis, avance-t-il, de toucher divers enjeux.

Le candidat se décrit comme quelqu'un qui fera preuve de transparence et qui utilisera davantage les canaux de communication. «Aujourd'hui, il faut dialoguer, soutient-il. Les citoyens de Sutton veulent être informés et être entendus. Ils souhaitent faire partie de la décision.

«Et s'il y a quelque chose que je peux reprocher au Conseil sortant, c'est qu'il n'a pas atteint cet objectif de communication et d'implication des citoyens.»       

Économie 

Sous sa gouverne, Sutton pourrait voir à varier son économie et à retenir ses jeunes. «Nous sommes une communauté récréotouristique culturelle. Avec les changements climatiques, nous n'avons d'autres choix que de diversifier notre économie.

«Il y a une pénurie de personnel, surtout en restauration. Si on veut garder nos jeunes, il faut voir à leur créer des opportunités, leur faciliter le transport et leur donner accès à des logis abordables aussi», énumère M. Lafrance.

Sur le plan des engagements en santé, il évoque la mise en branle d'une deuxième phase de la Villa des Monts, avec une unité prothétique, «non sans passer par les études de faisabilité nécessaires» toutefois.

L'agrandissement des locaux du GMF, qui tient pour Groupe de médecine de famille, pourrait aussi être envisagé, «pour offrir plus de services à une population vieillissante.»

Le débat entourant les changements apportés aux règles de zonage et de lotissement a laissé des marques selon l'aspirant maire. «Ç'a polarisé notre belle communauté, il faut maintenant rétablir l'harmonie, trouver un consensus.»

M. Lafrance n'en est pas à ses premières armes en politique municipale. En 2013, alors membre de l'équipe 7 pour/for Sutton du maire sortant Pierre Pelland, il avait échoué à se faire élire comme conseiller, concédant 26,01 % des voix au gagnant, John Hawley.