Une première bougie pour Main dans la main

Centre de pédiatrie sociale en communauté

Ghyslain Forcier ghyslain.forcier@tc.tc
Publié le 24 avril 2015

COMMUNAUTÉ. Le centre de pédiatrie sociale en communauté avait de bonnes nouvelles à partager ce vendredi, un peu plus de douze mois après avoir lancé ses activités. Main dans la main, qui vient en aide aux enfants en difficulté, a reçu du support de la part de deux autres organismes, en plus d'annoncer qu'il doublera la superficie de ses espaces de travail, sur la rue du Sud à Cowansville.

Ces pieds carrés supplémentaires seront bien accueillis auprès des responsables. «C'est majeur pour nous, car nous manquions d'espace. Nous avons besoin d'une salle d'attente, l'accueil est primordial dans l'approche de la pédiatrie sociale en communauté», laisse entendre Ysabelle Proulx, avocate médiatrice et directrice générale de Main dans la main. Cette expansion, reposant sur la générosité des propriétaires de la Maison Nesbitt, les Drs Charles Weldon et Michel Paul Gosselin, accordera l'espace nécessaire à la mise en place d'ateliers.

Soutien financier

En un an, Main dans la main a aidé près d'une centaine d'enfants sur tout le territoire de Brome-Missisquoi, dont 34% d'anglophones. Trois jours de cliniques sont offerts sur une base hebdomadaire. En guise de support, l'organisme a reçu de précieux coups de pouce financiers. Le Groupe Vitalité, situé à Lac-Brome, et Les Tricots de la marmaille, de Sutton et d'Abercorn, ont versé en tout 4500$ récoltés lors de diverses activités de financement. «C'est très précieux ce que vous faites et nous avons besoin d'initiatives comme les vôtres», mentionnait Ysabelle Proulx.

«C'est une bonne dose d'encouragements qui supporte nos idées, et nous en avons beaucoup, renchérissait Anne Rouleau, directrice du volet clinique. Nous allons continuer d'augmenter notre nombre d'enfants au cours de la prochaine année, mais ce support nous aide à mettre sur pied certaines activités et à enrichir le milieu de vie, ce sur quoi repose la pédiatrie sociale. Ultimement, ce sont les enfants qui en profitent.» Zoothérapie, art-thérapie et activités de stimulation des 0-3 ans sont dans les cartons pour Main dans la main.     

Appel aux jeunes talents

Le concours de dessins fera une autre incursion dans les écoles et les CPE de la région, en plus d'être visible sur les réseaux sociaux cette année. «On souhaite faire participer le maximum de jeunes pour les sensibiliser à l'existence même du centre», explique Richard Leclerc, chargé des communications de l'organisme. 200 dessins avaient trouvé leur chemin jusqu'au comité l'an dernier. C'est celui de Kevin Marcotte, un élève de l'école Sainte-Thérèse, qui avait été retenu et converti en logo de l'organisme, avec l'aide des talents d'infographiste de Daphné Saint-Germain, de Massey-Vanier.     

Certaines des créations seront sélectionnées et exposées lors du kiosque de limonade du 10 juin prochain. L'activité de financement, avec ses petits gâteaux et confiseries, sera de retour pour une deuxième édition, entre 15h et 19h dans le stationnement de la Maison Nesbitt.  «On reprend cet événement parce qu'il marque la fin des classes, il est festif et permet aux enfants d'y être en ce début d'été», indique la directrice générale.