Des efforts pour la sauvegarde de la banque de meubles


Publié le 15 février 2017

Les travailleurs de la Cellule Jeunes et Familles de Brome-Missisquoi font tout en leur possible pour éviter de fermer le service de banque de meubles, qui vient en aide à plusieurs dizaines de foyers chaque année.

©TC Media - Ghyslain Forcier

ENTRAIDE. Bien qu'une fermeture du service de banque de meubles soit fortement considérée, les six employés qui portent à bout de bras la Cellule Jeunes et Familles de Brome-Missisquoi continuent de chercher des solutions.

Pour lire le premier texte sur le sujet, c'est par ici

La banque de meubles est aidée financièrement par Centraide. Depuis 2014, l'enveloppe remise par l'organisme québécois a cependant été revue à la baisse, comme le confirme Daniel Laplante, directeur général de Centraide Richelieu-Yamaska.

«Il y a effectivement eu une réduction, mais ce fut le cas pour tous les organismes de notre territoire. Tout le monde a dû contribuer pour la diminution des encaissements de campagne. La situation s'est stabilisée depuis trois ans, et, même si on en est pas là en ce moment, j'ai bon espoir qu'elle revienne à la normale.» 

Cette section vient en aide à 14 organismes dans Brome-Missisquoi.   

Environ 7000 $ par année

Malgré cette baisse, l'organisme, où travaillent six personnes, avait tenu à maintenir le service, uniquement alimenté par des centaines d'heures de bénévolat. Selon les estimations, il en coûte 7000 $ par année, 5000 $ pour la location d'un entrepôt et 2000 $ pour les frais liés à la minifourgonnette qui sert de moyen de transport, ce qui en fait l'un des plus onéreux dans la colonne des dépenses de l'organisme.  

Qu'à cela ne tienne, un mince filet d'espoir subsiste quant à la sauvegarde du service. «On annonce une fermeture [de la banque de meubles] et je n'y crois pas, soutient la coordonnatrice de la Cellule, Noémie Raiche. J'ai toujours espoir que quelqu'un lèvera la main, que les gens se mobiliseront, et que la banque de meubles survivra, parce qu'il y a un besoin réel. Si quelqu'un qui possède un espace ou un entrepôt se manifeste, nous ferons des pieds et des mains pour assurer le reste des dépenses liées à la banque de meuble.»  

Un comité en place

Pendant ce temps, personne ne garde les bras croisés, de sorte que d'autres démarches sont en cours. Un comité de financement a été mis sur pied, où se mêlent notamment des élus de la Ville de Cowansville et des responsables de la Corporation de développement communautaire (CDC) de Brome-Missisquoi. «C'est certain que nous ne sommes pas assis en train de pleurer, nous sommes plutôt en action pour faire en sorte que le service de la banque de meubles survive, mais aussi pour éviter d'avoir à couper dans d'autres services.»