La poésie d'Anne Hébert transposée sur scène à Sutton


Publié le 30 janvier 2017

Les mots d'Anne Hébert occupent tout l'espace dans le spectacle littéraire qui est consacré à son œuvre et mettant en scène les comédiennes Lysanne Gallant et Anne Dansereau, ainsi que la pianiste Ariane DesLions.

©Gracieuseté

ART. La vie et l'œuvre d'Anne Hébert occuperont toutes les planches de la scène le temps d'une soirée, ce samedi à 20h à la salle Alec et Gérard Pelletier de Sutton.

Monté dans le cadre du centenaire d'Anne Hébert, à la demande de l’Association des auteures et auteurs de l’Estrie, le spectacle littéraire «Anne Hébert: une vie en poésie» est porté sur scène par les comédiennes Lysanne Gallant et Anne Dansereau, tout en étant bercé par la musique de la pianiste Ariane DesLions.

L'œuvre littéraire de l'incontournable auteure québécoise, née à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier en 1916, est certes connue du grand public, on n'a qu'à penser à Kamouraska, un roman adapté au grand écran qui a valu à l'actrice Geneviève Bujold le prix du Meilleur premier rôle au Festival du film canadien.

Sa poésie gagne toutefois à l'être davantage, d'après Lysanne Gallant, qui a consacré des dizaines d'heures à tamiser l'œuvre d'Anne Hébert, qu'elle qualifie de «dense, intense et bouleversante», pour en faire ce spectacle. Il s'agit là d'une prestation de 75 minutes présentée sans entracte.

«Les gens la connaissent beaucoup par ses œuvres littéraires, mais elle se considérait d'abord et avant tout comme une poète. C'est là où elle se révélait le plus», mentionne Mme Gallant.

«À travers son œuvre, elle est allée au cœur de ce que sont les choses, à travers toute une palette d'émotions», poursuit-elle.

Quelques poèmes plus denses

Le duo aborde sur scène certains poèmes plus chargés, tels que «Mystère de la parole» (1960), «Eve» (1980) et le poème «Et le jour fut», que l'on retrouve dans le recueil «Le Jour n'a d'égal que la nuit» (1961).    

«Elle passe littéralement à travers nous. On digère sa poésie et on la redonne au public», glisse Anne Dansereau.

Des extraits de nouvelles et des bouts d'entrevues qu'elle a accordées viennent également s'amalgamer au spectacle. Il en rejaillit une profonde réflexion sur l'acte d'écrire.

«C'est une poète de l'ombre, mais aussi de la lumière, opine Lysanne Gallant. Vers la fin de sa vie, elle est revenue avec des poèmes plus aériens. Anne Hébert, c'est un baume, un phare qui nous guide en ces temps incertains.»

Jouée un peu partout

Les Productions Traces et souvenances, à laquelle on doit la création d'un spectacle dédié aux poétesses des Cantons-de-l'Est, est derrière cette production, jouée entre autres dans les salles de Sherbrooke, Lac-Mégantic, Eastman, mais aussi dans le village natal de la romancière.   

«Chaque fois que l'on monte sur scène avec ce spectacle, on dirait qu'il mûrit toujours plus, à la manière d'un bon vin», termine Anne Dansereau.

Plus d'infos au www.salleagpelletier.com.