Tim Côté rentre bredouille, mais fier de Columbus

Épreuve d'hommes forts


Publié le 6 mars 2017

Tim Côté n'a pas été en mesure de percer le top 10 comme il le souhaitait; il est tout de même revenu satisfait de la Classique Arnold.

©TC Media - archives

SPORT. Tim Côté revient de Columbus les mains vides, mais empli de fierté, lui qui prenait part vendredi au volet amateur de la Classique Arnold en Ohio.

Côté, l'un des deux Canadiens en lice, s'est classé au 33e rang sur 42 athlètes présents.

Même s'il n'est pas parvenu à se faufiler parmi les dix premiers qui ont été de la finale du 4 mars, le Cowansvillois dit être ressorti grandi de cette première incursion sur la scène mondiale des hommes forts non testés.      

«Le niveau compétition était très relevé par rapport à ce que j'avais cru apercevoir l'an dernier. Comme je m'y attendais, j'étais l'un des seuls athlètes naturels du groupe, indique-t-il, 24 heures après être rentré au Québec. J'ai par contre beaucoup appris de ce voyage. Même si j'affrontais des gars de plus haut niveau, ça m'a permis de me dépasser et d'acquérir de l'expérience pour le futur.»

Il aura connu ses plus beaux élans à l'épreuve de l'attelage (yoke), quand il est parvenu à déplacer une charge de 900 lb sur une distance de près de 20 mètres à l'intérieur des 60 secondes permises. Cette performance lui a valu une place parmi les 15 premiers, à quelques secondes d'écart des dix meilleurs.

Il a de plus fracassé son record personnel au soulevé de terre (deadlift), terminant l'épreuve avec quatre répétitions de 700 lb. Le gagnant l'a emporté avec… dix répétitions! «Et ça n'avait même pas l'air forçant, se rappelle en riant Tim Côté. C'est ce qui arrive dans ce genre de compétition ouverte, les écarts sont parfois importants.»      

En Slovaquie

L'athlète de 29 ans ne pourra s'alanguir bien longtemps. Il se concentre dès maintenant sur l'ultime épreuve des hommes forts naturels (testés) de la World's Natural Strongman Federation, présentée le 25 mars en Slovaquie et mettant en vedette des colosses de 14 pays. «Je me sens plus confiant, ce que j'ai vécu à Colombus m'a servi à briser la glace pour ce qui s'en vient à la fin du mois», évoque Côté.

Il s'imposera deux bonnes semaines d'entraînement, question de se préparer pour les cinq épreuves, par ailleurs différentes de celles auxquelles il a dû se soumettre à Columbus, avant de ralentir la cadence, question d'arriver sur le Vieux Continent frais et dispos.