Dur, dur d’être maire

Attentes trop grandes, pouvoir décisionnel restreint, surcharge de travail, conflit de personnalités. La lune de miel entre les élus municipaux et leur nouveau job est parfois de courte durée. Au cours des derniers mois, une dizaine d’élus de la région ont claqué la porte. Malgré tout, certains d’entre eux s’accrochent, cumulant les longues heures et la paye anémique, et sont déterminés à travailler pour leurs concitoyens.

 

Tables de concertation, assemblées publiques, séances de travail, réunions de la MRC, soupers-conférences, coupes de ruban, cocktails «5 à 7»; même s’il s’agit pour plusieurs d’une fonction à temps partiel, des élus mettent les heures au bénéfice de l’administration municipale comme s’il s’agissait de leur seul emploi, a constaté lAvenirEtDesRivieres.com

 

Le maire de Farnham, Josef Hüsler, est un véritable doyen de la politique municipale, avec 28 ans de service. Le politicien de 66 ans a été conseiller municipal de Rainville pendant neuf ans et maire de cette municipalité pendant sept autres années. Il dirige les destinées de la Ville de Farnham depuis maintenant 11 ans.

 

«Je consacre de 30 à 40 heures par semaine à mes fonctions de maire. Je fais du bureau à l’hôtel de ville, mais aussi le soir à la maison, même si ça ne paraît pas. Le samedi ou le dimanche, si on réclame ma présence, j’y vais aussi. Par chance, j’ai une bonne relève à la ferme. Ce sont mes enfants qui voient à la gestion quotidienne de l’entreprise familiale, je me contente maintenant d’un rôle de remplaçant», confie le maire Hüsler.

Élu en 2005, puis réélu en 2009 à la mairie de Waterloo, Pascal Russell abonde dans le même sens.

 

«Un job de maire, c’est du sept jours par semaine. Il faut être patient et ne pas compter ses heures. On doit également être disponible en tout temps. Beaucoup de gens ne réalisent pas que nous avons droit à un minimum de vie privée. Plusieurs nous abordent au restaurant, à l’épicerie ou sur un sentier pédestre pour exprimer leurs frustrations ou porter un problème à notre attention», indique l’homme de 44 ans.

 

Après une absence de 18 ans, Gilles Decelles a été réélu maire de Lac-Brome en 2009 au terme d’une lutte à quatre candidats. Ce dernier reconnaît que la tâche de maire est souvent exigeante au niveau des horaires, mais il a appris à faire avec.

 

«Je consacre au moins 35 heures par semaine à mes fonctions, mais ça peut aller facilement jusqu’à 60 heures, car je siège en plus sur trois comités à la MRC. Je donne également de mon temps à diverses causes, dont la Fondation BMP. Je n’ai pas le temps de m’ennuyer!», affirme l’ancien propriétaire et président-directeur général de l’entreprise manufacturière Bouchons Mac.

 

Technicien en génie civil pour les Laboratoires de la Montérégie, Pascal Bonin représente les électeurs du district 7 à la table du conseil de Granby depuis 2009. Ce dernier évalue à au moins 25 heures – souvent 40 heures – le temps alloué hebdomadairement à ses fonctions de conseiller municipal.

 

«Ça ne me dérange pas du tout, car j’adore mon expérience en politique municipale.  C’est par passion, et sûrement pas pour des considérations monétaires, que je travaille si fort afin de bien servir les citoyens. C’est mon côté hyperactif qui ressort», lance-t-il à la blague.

 

Accepter la critique
Pascal Russell reconnaît que les politiciens n’ont pas toujours très belle image et que beaucoup de citoyens ont perdu confiance en leur intégrité.
«Avec tout ce qu’on voit dans les journaux, c’est un peu compréhensible. Mais, les électeurs ne sont pas aveugles et savent qu’il ne faut pas généraliser», indique-t-il.

 

Le maire de Waterloo ajoute que les proches du maire font également les frais de la politique municipale et doivent apprendre à composer avec ça.
«Notre épouse, nos enfants entendent des commentaires et sont interpellés à leur travail ou pendant leurs moments de loisir. Veut, veut pas, c’est toute la famille qui se lance en politique», poursuit le maire de Waterloo.

 

Son collègue de Farnham reconnaît que les gens critiquent beaucoup et qu’il faut avoir le dos large pour faire carrière en politique.

 

«Les citoyens devraient prendre le temps de se regarder pour voir ce qu’ils peuvent apporter eux-mêmes. Ils ne peuvent pas s’en remettre seulement aux élus en place», indique M.Hüsler.

 

Même si le maire Gilles Decelles est parfois la cible de critiques virulentes, il dit ne pas s’en formaliser outre mesure.

 

«Je lis chaque lettre et chaque courriel. Souvent, nos citoyens ont de très bonnes suggestions et il m’arrive de réajuster le tir, comme je l’ai fait dans le dossier du garage municipal. J’ai appris à me faire une carapace. Et je ne déteste personne. J’ai encore bien du plaisir à l’hôtel de ville et si les circonstances sont bonnes, je serai de nouveau sur les rangs aux prochaines élections», soutient-il.

 

Le conseiller Pascal Bonin, qui est connu comme le mouton noir au conseil municipal de Granby, a plongé dans l’aventure alors que le parc de la rue Richelieu était menacé de disparition au profit d’aires de stationnement pour Aliments Ultima.

 

«C’était pour moi une question de principe. En tant que citoyen préoccupé par l’environnement et la qualité de vie, je ne pouvais pas laisser passer ça. Heureusement, ça s’est bien terminé», relate M. Bonin.

 

Payant la politique municipale?
La plupart des maires s’entendent pour dire qu’ils ne font pas de la politique pour s’enrichir.

 

«Si tu vas en politique pour la paye, t’es vraiment pas à la bonne place», indique le maire Russell.

 

Le maire Hüsler laisse entendre que la rémunération des maires est notamment basée sur la capacité de payer des municipalités.

 

«Si les municipalités étaient plus grosses, elles seraient en mesure d’accorder un meilleur traitement à leurs élus. Mais comme la fusion des municipalités se fait sur une base volontaire, les villes n’ont pas grand contrôle là-dessus. Une ville de grande taille peut embaucher plus de personnel qu’un petit village et offrir de meilleures conditions salariales à ses élus. La fusion de Farnham et de Rainville a permis à la nouvelle entité d’offrir davantage de services à l’ensemble des citoyens des deux municipalités constituantes», explique M.Hüsler.

 

Ce dernier tient cependant à préciser que les gens se lancent en politique pour servir leurs concitoyens. À leurs yeux, le salaire est secondaire.
Le maire Decelles affirme avoir repris du service par conviction.

 

«C’est en quelque sorte une mission, car Lac-Brome sombrait dans un déclin. Notre beau village a perdu de son lustre au fil des ans et pour moi, la relance est primordiale. Et jusqu’à maintenant, ça s’annonce très bien, notamment au niveau du renouvellement de nos infrastructures», confie M. Decelles.

 

Son homologue de Waterloo rappelle que les élus consacrent avant tout leurs énergies au bien-être de la communauté.

 

«Les membres du conseil ne sont pas là pour défendre leurs intérêts personnels ou ceux des gens de leur quartier. Ils doivent aborder la politique de manière globale, en tenant compte des besoins de l’ensemble de la population. Les gens qui vont en politique pour critiquer, et qui n’ont aucune vision ne font généralement pas long feu», soutient M.Russell.

Avec la collaboration d’Alain Bérubé

 

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments