Sauvegarde l’ex-école Marie-Rivier: nouvelle proposition sur la table

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Sauvegarde l’ex-école Marie-Rivier: nouvelle proposition sur la table
L’ancienne école du 112 John a servi de siège social à la Commission scolaire Davignon pendant plusieurs années avant d’accueillir les fidèles de l’Église évangélique baptiste de Cowansville.

Le Comité pour la sauvegarde du patrimoine bâti de Cowansville n’a pas l’intention de laisser démolir l’ancienne école primaire Marie-Rivier sise au 112, rue John, sans réagir. Ses porte-parole, France Lambert et Ghislaine Delisle, ont rencontré le conseil des commissaires de Val-des-Cerfs, la semaine dernière, pour leur soumettre un plan B.

Les deux dames, qui ont notamment assumé la présidence de la défunte Commission scolaire Davignon dans les années 80 et 90, précisent que l’Église évangélique baptiste de Cowansville (EEBC) est toujours intéressée à acquérir l’immeuble. Ce regroupement religieux avait déjà soumis une première offre d’achat de 100 000$ en 2005 et une autre du même montant en 2001. Cette proposition tient compte des rénovations nécessaires pour rendre l’édifice conforme aux normes de la Régie du bâtiment du Québec. Selon le pasteur de l’EEBC, Éric Leblanc, les travaux de réfection pourraient coûter 160 000$  au bas mot.

«L’EEBC fournit déjà des services à la communauté en offrant des locaux à divers organismes communautaires (regroupement des auteurs, Alcooliques anonymes, organisme d’aumônerie auprès des repris de justice). Elle aide aussi les familles en distribuant des paniers de nourriture par le biais de sa banque alimentaire tout en facilitant la réussite scolaire des enfants démunis en leur procurant des effets scolaires. L’EEBC prévoit par ailleurs bonifier son offre de services si elle devient propriétaire de la bâtisse», signale Mme Delisle.

Le Comité pour la sauvegarde du patrimoine tient par ailleurs à informer les autorités scolaires qu’un groupe de travail projette l’implantation d’un centre de pédiatrie sociale à Cowansville afin de répondre aux besoins d’un plus grand nombre de jeunes et de leurs familles. Le groupe manifeste de l’intérêt pour l’édifice du 112, rue John et serait disposé à louer cinq ou six locaux au deuxième étage de l’immeuble.

«La réputation des centres de médecine sociale du docteur Gilles Julien n’est plus à faire et leur impact positif sur le mieux-être, la réussite scolaire et le raccrochage des enfants est bien documenté», plaide Mme Lambert.

Le Comité se questionne sur le message qu’enverrait Val-des-Cerfs à ses jeunes en démolissant un édifice patrimonial. Il se demande également comment la Commission scolaire pourrait refuser de vendre une bâtisse inutilisée dans un contexte de compressions budgétaires. Il croit enfin que les besoins d’espace pour l’agrandissement du parc-école Sainte-Thérèse pourraient être comblés en utilisant une partie du stationnement municipal situé en face du 112, rue John.

Dernière chance

On se souviendra que le Comité pour la sauvegarde du patrimoine avait été mis sur pied, à la fin du mois de mars dernier, dans le but de faire échec au projet de démolition de l’ancien siège social de la CS Davignon.

À la fin avril, le Comité envoyait une mise en demeure à Val-des-Cerfs l’enjoignant de cesser les procédures de démolition.  En mai, c’était au tour de la ministre de l’Éducation de recevoir une requête lui demandant de dire non au projet de Val-des-Cerfs.

Les autorités scolaires ont finalement accepté de donner une chance au Comité en décrétant un moratoire jusqu’à la fin mars 2013 et en invitant ce nouvel interlocuteur à déposer un «projet autofinancé» pour l’édifice de l’ex-école Marie-Rivier avant la fin décembre 2012.

Après avoir pris connaissance de la proposition du Comité, le 27 novembre dernier, Val-des-Cerfs souhaite maintenant rencontrer Mmes Lambert, Delisle et M. Leblanc afin d’obtenir des «éclaircissements». Le directeur général et le responsable des ressources matérielles à la Commission scolaire devraient assister à cette rencontre exploratoire.

Si les parties ne réussissent pas à s’entendre, les 70 fidèles de l’EEBC pourraient devoir dire adieu à leur lieu de culte dès la fin du mois de mars prochain. Le regroupement religieux occupe le rez-de-chaussée du 112 John depuis 2003, soit depuis près de dix ans.

Un peu d’histoire

L’école primaire Marie-Rivier a été construite en 1921.

Après avoir servi à l’éducation de plusieurs générations de jeunes Cowansvillois, sous la gouverne des sœurs de la Présentation de Marie, cet immeuble de trois étages a été converti en édifice à bureaux pour abriter le siège social de la défunte Commission scolaire Davignon.

Au lendemain de la fusion des CS Davignon, Des Rivières et Des Cantons, le 112 John a notamment accueilli des élèves du secondaire en difficultés d’apprentissage dans le cadre du programme Le Relais.

L’Église évangélique baptiste de Cowansville y a élu domicile en 2003 et partage ses locaux avec divers organismes locaux.

 

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des