Sports adaptés: la ténacité de Peter Treacy a porté fruits

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Sports adaptés: la ténacité de Peter Treacy a porté fruits

À l'aube de la retraite

RÊVE – Vingt ans après la création de la Fondation des skieurs handicapés de l’Estrie (aujourd’hui la Fondation des sports adaptés), Peter Treacy peut dire «mission accomplie» et passer le flambeau à la nouvelle génération.

La mise sur pied de la FSHE, en 1995, a permis à de redonner le sourire à des milliers de personnes aux prises avec un handicap physique.

Cet organisme charitable encourage ses membres à développer leur estime de soi, leur motivation et à accroitre leurs capacités par la pratique de différents sports.

Après avoir développé une solide expertise en ski alpin et en planche à neige, avec la complicité de la station Owl’s Head,  la FSHE a changé d’appellation voilà quelques années après avoir ajouté de nouvelles cordes à son arc (ski nautique et  canoë-kayak).

«Notre unité mobile fait la tournée des lacs du Québec afin de promouvoir le ski nautique adapté. La Fondation songe à adapter la formule au ski alpin», précise M. Treacy.

Ce dernier se plait à rappeler que Benoit Lessard (membre de l’équipe nationale de ski nautique de 2007 à 2011), Martin Larose (entraîneur-chef de l’équipe du Québec de ski para-alpin de 2006 à 2012) et Christian Maranda  (champion canadien de kayak et espoir canadien aux JO 2016) ont tous trois fait leurs débuts avec l’organisation de Knowlton.

Idées nouvelles

Déjà pionnière dans les sports de glisse adaptés, la Fondation songe à diversifier son offre de services et le nouveau directeur exécutif, Steve Charbonneau, a déjà sa petite idée là-dessus.

«J’ai l’intention d’amener d’autres sports, tels que la joëlette. J’ai vu ça en France et je sais que ça se fait aussi au Mont Washington», signale M. Charbonneau.

La joëlette permet à une personne handicapée de se rendre au sommet d’une montagne en fauteuil adapté avec la complicité de deux autres personnes sans handicap.

«Un fauteuil adapté coûte près de 10 000 $ pièce et, pour faire une course, ça en prend plusieurs. À mes yeux, la réalisation du projet passe par l’appui de commanditaires privés et pourrait très bien prendre la forme d’une activité de Teams Building», poursuit M.Charbonneau.

Succès d’équipe

Pas moins de 150 personnes se sont réunies au centre communautaire Lac-Brome, samedi dernier, pour souligner les 20 ans de l’organisme, féliciter l’instigateur du programme, Peter Treacy et faire plus ample connaissance avec Steve Charbonneau, en poste depuis trois semaines.

Ce dernier prend soin de rappeler que la Fondation doit son existence à un terrible accident de voiture au cours duquel Peter Treacy a été amputé de la jambe droite et grièvement brùlé.

«Peter a appris à skier de nouveau, puis est devenu le premier instructeur handicapé de ski certifié au Québec. En 1995, son rêve est devenu réalité avec la mise sur pied de la Fondation. Beaucoup de gens disaient à l’époque qu’il s’agissait d’un rêve utopique, qui n’avait pas grand chance de succès. La suite des choses lui a pourtant donné raison», indique M. Charbonneau.

Le nouveau directeur exécutif se dit également frappé par l’engagement des bénévoles qui gravitent autour de Peter Treacy depuis deux décennies.

«S’il est clair que la Fondation n’aurait jamais vu le jour sans Peter, il est tout aussi vrai que la Fondation n’aurait pas connu autant de succès sans le dévouement d’une centaine d’instructeurs bénévoles et la générosité de plusieurs donateurs. Plusieurs pionniers de la première heure sont d’ailleurs encore là aujourd’hui», poursuit M. Charbonneau.

Peter Treacy prépare aujourd’hui sa sortie, mais demeure à l’arrière-plan pour s’assurer que la transition à la direction générale se fasse en douceur.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des