Une Bromoise à l’affiche dans la comédie musicale Mary Poppins

Photo de Ghyslain Forcier
Par Ghyslain Forcier
Une Bromoise à l’affiche dans la comédie musicale Mary Poppins
Originaire de Lac-Brome, Sarah Katie Holmes (à gauche) interprète entre autres un ramoneur dans la comédie musicale Mary Poppins, à l'affiche jusqu'à la fin de l'année au Théâtre Saint-Denis. (Photo : gracieuseté)

ARTS. Sarah Katie Holmes, native de Lac-Brome, s’apprête à entamer un long marathon sur la scène montréalaise de la comédie musicale Mary Poppins.

Le spectacle basé sur le célèbre film de Walt Disney, mis en scène par Serge Postigo, prend l’affiche au Théâtre Saint-Denis jusqu’au 30 décembre. Sarah Katie Holmes y interprète plusieurs rôles et change souvent de costume. Le plus marquant demeure celui d’un des ramoneurs s’exécutant dans la fameuse scène, vers la finale du spectacle à grand déploiement.

La production de Juste pour rire en est à sa quatrième mouture avec Mary Poppins, avec la présence de René Simard dans le rôle de M. Banks et Jean-François Poulin qui campe celui de Bert.

Sarah Katie a pris part aux deux dernières, en incluant Montréal; elle était aussi de la distribution lorsque la célèbre nounou, interprétée par Joëlle Lanctôt, posait son sac à main à la salle Albert-Rousseau, en juillet et en août.

Ce rôle, elle l’obtenait à l’automne 2016, après avoir traversé quelques embûches. Une véritable bénédiction pour elle, puisqu’elle avait loupé sa première audition, il y a deux ans. «C’est un rêve qui se réalise. Les paroles de la chanson Tout peut arriver à qui laisse aller [dont elle est l’une des interprètes] résonnent beaucoup en moi. Ça insiste sur la persévérance et l’importance de ne jamais abandonner ses rêves. Ça faisait partie de mon destin de jouer dans ce show d’amour et d’espoir», glisse-t-elle, à deux jours de monter sur les planches pour la première.

«Elle avait une passion pour la danse même à 9 ans, renchérit sa mère Christine Drouin, avec une fierté non dissimulée. Elle persévérait, on voyait que c’était réel.»

Sarah Katie Holmes enfile plusieurs costumes dans la production Mary Poppins.

Discipline

La préparation pour une telle séquence de spectacles se résume en un mot: une discipline de fer. «Il faut vraiment écouter son corps, bien manger, bien dormir et arriver à l’heure, résume Sarah Katie. La chimie est excellente au sein de la production. C’est tentant de veiller tard après le spectacle, mais il ne faut pas abuser!»

«Rien comme le théâtre musical»

La jeune femme de 29 ans est diplômée du programme en danse jazz, ballet, hip-hop, théâtre musical et chant au collège Brown à Toronto.

Elle emménageait à Montréal il y a dix ans, avant de se retrouver, quelques années plus tard, à faire ses premiers pas au grand écran en décrochant un petit rôle dans le film Step Up All In. On l’a aussi aperçue dans le vidéo Move like a soldier de la chanteuse canadienne Kristina Maria. Bien qu’elle affirme avoir vraiment apprécié ces expériences, il n’y a rien comme le théâtre musical. «Le fait de danser, de chanter et de jouer, ça comble vraiment tout ce qui me passionne. L’interaction avec le public est réelle. C’est excitant, c’est énervant et c’est le fun. C’est vraiment un cadeau.»

Il n’y a pas que sur scène que Sarah Katie Holmes transmet son énergie et sa passion pour son art; elle enseigne la danse auprès des enfants, autant en garderie qu’au primaire et au secondaire.

«Pour les enfants en garderie, je les initie à la danse en leur apprenant à écouter la musique et à bouger. J’adore travailler avec les jeunes, c’est aussi s’apprendre à s’aimer, à avoir confiance en soi et à avoir du plaisir», fait-elle remarquer.

La jeune femme dit revenir à quelques reprises passer du temps à Knowlton. «Mais cette année, je ne pourrai y retourner avant Noël», lance-t-elle.

Partager cet article