Bromont: le SSACE reprend son envol

Photo de Roxanne Langlois
Par Roxanne Langlois
Bromont: le SSACE reprend son envol
Voici quelques-unes des personnes clés gravitant autour de l’édition 2018 du SSACE. (Photo : (Photo:GranbyExpress-Roxanne Langlois))

DIVERTISSEMENT. Après de multiples ratés et un déficit de 100 000 $ lors de l’édition 2017, l’organisation du Spectacle et salon aérien des Cantons de l’Est (SSACE) se retrousse les manches: l’événement reviendra en force, du 14 au 16 septembre prochain à l’aéroport de Bromont, avec de nombreuses nouveautés au programme.

Les festivités, dont le budget s’élève à  650 000 $, débuteront cette fois-ci dès le vendredi soir afin de souligner les 50 ans de l’aéroport Roland-Désourdy. Le ciel bromontois accueillera un spectacle nocturne alliant, entre autres, performances aériennes, musique et pyrotechnie. «C’est le seul spectacle aérien de nuit dans l’Est du Canada, la plus proche est à Abbotsford, en Colombie-Britannique et c’est à une distance de 5700 kilomètres», précise le directeur de la programmation, Joseph Singerman.

«On compte beaucoup sur cet événement pour nous apporter une augmentation substantielle de l’achalandage», admet le promoteur, Michel Lecompte, qui espère que 30 000 personnes franchiront les tourniquets au courant de la fin de semaine. La programmation de cette première soirée n’est toutefois complétée qu’à 50 %; d’autres surprises seront prochainement annoncées.

Des emplois… et des découvertes

Le Salon de l’emploi, auquel avaient pris part quelque 40 exposants l’an dernier, sera également de retour. Une pénurie de main-d’œuvre étant bien présente dans l’univers de l’aéronautique, l’organisation espère doubler le nombre de kiosques et offrir quelque 2000 opportunités d’emploi lors de l’événement.
Comme en 2017, les visiteurs pourront déposer leur curriculum vitae et rencontrer les employeurs. «On leur a dit d’apporter de l’équipement, des machines. On veut que les gens voient, puissent toucher et essayer… et évidemment décrocher un emploi sur place, c’est ce qui est important», explique Jean-Sébastien Guay, directeur du développement pour Aéro Emploi.

Une centaine de postes ont directement été comblés l’an dernier. Plusieurs entreprises manufacturières phares de l’industrie ont déjà confirmé leur présence, dont Pratt & Whitney, Lockheed Martin, GE Aviation ainsi que les Forces armées canadiennes.

En grande nouveauté, les locaux adjacents seront consacrés au Salon scientifique Découvertes, développé en partenariat avec la chaire de génie mécanique aéronautique de l’Université de Sherbrooke. Les visiteurs pourront explorer les projets de recherche des étudiants ainsi qu’assister à diverses démonstrations.
L’initiative vise elle aussi à donner la piqûre l’aéronautique aux plus jeunes. «Le lien n’est pas nécessairement facile entre ce que les étudiants font à l’université, que ce soit des projets parascolaires ou de fin d’études, et la communauté en général. Le salon va leur permettre de montrer ce qu’ils font», ajoute David Rancourt, professeur et directeur d’AéroUdeS.

Et évidemment, des avions…

Si l’impressionnant CF-18 et les populaires Snowbirds ne viendront pas faire leur tour cette année, d’autres appareils et performeurs de calibre international viendront fendre les airs. Une troupe similaire prendra le relais, soit le quatuor Canadian Harvard Aerobatic Team, à la barre d’appareils de la Seconde Guerre mondiale. «Ils font le même genre d’acrobaties que les Snowbirds, mais ils pilotent des avions à hélice», résume M. Lecompte.

Jerry Conley performera également avec le DE Havilland DH-15 Vampire, le premier jet des Forces armées canadiennes. Le duo YakAttack a également confirmé son retour. De nombreux avions de tous genres pourront également être observés de près au sol. Des avions de collection, des aéronefs spécialisés, des planeurs et des appareils militaires seront exposés.

Nouveau départ

Failles majeures dans la logistique des navettes, crash du site Web du SSACE, désistement à la dernière minute des militaires de Griffon, CF-18 cloué au sol et spectacles devancés sans avertissement: les problématiques se sont multipliées l’an dernier. L’organisation, qui a pris la responsabilité de ces turbulences, dit avoir grandement appris de son expérience.

Elle met actuellement tout en place pour éviter que ce scénario ne se répète. «Ce ne sont pas des choses qui vont se reproduire», promet M. Lecompte, qui explique que des plans B et de nombreuses améliorations sont prévus. Le comité organisateur a également adressé le problème de la circulation et compte rendre les navettes plus efficaces.

L’édition 2018 sera également charnière pour l’organisation; si tout va bien, cette dernière prévoit présenter une autre édition en 2019 et faire, globalement, du SSACE un rendez-vous annuel.

L’an dernier, quelque 33 600 spectateurs, majoritairement en provenance de l’extérieur de la région, ont foulé le site de l’aéroport de Bromont à l’occasion du SSACE. Pour les détails, visitez le www.ssace.ca.

Partager cet article