Estrie ou Montérégie: la MRC de Brome-Missisquoi toujours en réflexion

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Estrie ou Montérégie: la MRC de Brome-Missisquoi toujours en réflexion
La préfète Sylvie Dionne-Raymond indique que la MRC de Brome-Missisquoi souhaite prendre une décision éclairée. (Photo : Le Guide - Claude Hébert)

TERRITOIRE. Les maires de la MRC de Brome-Missisquoi ont discuté à huis clos du dossier de la desserte de leur territoire par les divisions régionales de l’Estrie et de la Montérégie, le 15 janvier dernier, avant la tenue de leur assemblée mensuelle devant public.

Cette discussion fait suite à la prise de position de la MRC de la Haute-Yamaska et du député-ministre François Bonnardel en faveur d’un changement de région administrative. La Haute-Yamaska appartient actuellement à la Montérégie, mais aimerait plutôt faire partie de l’Estrie.

Position de la préfète

«Le conseil des maires n’a pas encore pris de décision et ne voit pas d’urgence à se positionner en faveur de l’Estrie ou de la Montérégie. Il nous apparaît important de faire les choses correctement et de prendre une décision éclairée, sans pour autant éterniser le débat», indique la préfète de la MRC de Brome-Missisquoi, Sylvie Dionne-Raymond.

Cette dernière estime qu’un changement de région administrative «ne changerait pas grand-chose» aux affaires courantes, mais se dit prête à se rallier si la majorité des élus se positionnait en faveur d’un transfert vers l’Estrie.

«Les maires veulent connaître les impacts réels d’un transfert avant de prendre une décision. Ils souhaitent rencontrer le directeur de la direction régionale de la Montérégie, Yannick Gignac, afin d’obtenir un portrait plus complet de la situation», ajoute Mme Raymond.

La préfète reconnaît que la région a tout intérêt à se positionner dans le dossier, mais prend soin d’ajouter que la décision finale appartiendra au gouvernement du Québec.

Sondage

Afin de la guider dans sa réflexion, la MRC de Brome-Missisquoi a réalisé un sondage par courriel, entre les 3 et 20 décembre dernier, auprès des municipalités, entreprises et organismes communautaires.

«Ce n’est pas un sondage scientifique, mais ça permet de connaître l’opinion d’une diversité de gens», indique le directeur général de la MRC, Robert Desmarais.

Les répondants devaient notamment préciser s’ils se définissaient davantage comme Estriens ou Montérégiens et si la situation hybride actuelle (double appartenance à l’Estrie et à la Montérégie selon les secteurs d’activité) leur posait problème (confusion, ennuis administratifs, etc.).

La MRC a expédié 500 questionnaires et reçu 198 réponses. Un taux de participation de l’ordre de 40 %.

«Une majorité de répondants est favorable à un transfert complet en Estrie, mais plusieurs affirment avoir besoin d’information additionnelle pour prendre position. Une analyse plus poussée est par ailleurs souhaitée dans les secteurs agriculture, foresterie, économie et éducation», signale M. Desmarais.

De façon générale, les répondants du secteur ouest de la MRC sont plus favorables au statu quo alors que les répondants du secteur est et ceux du secteur centre (dans une moindre mesure) sont davantage en faveur d’un transfert complet en Estrie.

 

CE QUE LES MAIRES EN PENSENT:

Patrick Melchior, maire de Farnham: J’ai ma propre opinion là-dessus, mais je suis un gars d’équipe et je ne veux pas parler au nom de la Ville avant d’avoir consulté mes collègues. Les membres du conseil municipal se posent beaucoup de questions et doivent discuter de ce dossier lors de l’assemblée plénière du 28 janvier. La position de la Municipalité devrait être connue lors de l’assemblée publique de février.

Richard Burcombe, maire de Lac-Brome: Comme le territoire de Lac-Brome est rattaché aux Cantons-de-l’Est depuis toujours, il me semble tout naturel d’aller avec l’Estrie. Le gouvernement du Québec a déjà transféré les services du tourisme, des transports, de la santé et de l’environnement en Estrie; il serait logique de faire la même chose avec les autres secteurs. Cela dit, on peut penser qu’il sera difficile de plaire à tous et de rallier l’ensemble des municipalités autour d’une position commune, car Brome-Missisquoi est un vaste territoire. En bout de ligne, ça ne changera pas grand-chose au niveau des services et des fonds disponibles.

Yves Lévesque, maire de Bedford: Je suis toujours en réflexion, car il nous manque encore de l’information. Comme l’Estrie est plus petite que la Montérégie, le poids relatif de Brome-Missisquoi dans cet ensemble serait plus important. Mais, si Brome-Missisquoi opte pour l’Estrie, pourra-t-elle conserver les bureaux de l’agence forestière régionale? Et si ce n’est pas le cas, comment sera-t-elle compensée ? Au niveau de l’éducation, je trouve déjà que le centre administratif de Granby est loin de Bedford. Le siège social de la commission scolaire sera-t-il encore plus éloigné si la MRC se joint à l’Estrie?

Sylvie Beauregard, mairesse de Cowansville: Je suis tout naturellement portée à pencher vers l’Estrie, mais il sera important de connaître tous les impacts positifs et négatifs avant de trancher. Dans la vie, il y a toujours des gains et des pertes, encore faut-il s’assurer que la région en sorte gagnante. Comme la Montérégie est très étendue et très populeuse, on peut se demander si l’Estrie ne répondrait pas mieux à nos besoins. Même si Brome-Missisquoi transige déjà avec l’Estrie dans divers dossiers, il y a néanmoins des différences entre les deux régions administratives au niveau de l’application de certains programmes. Le Fonds d’aide au rayonnement des régions (FARR) notamment.

Michel Lafrance, maire de Sutton: Nous n’avons pas discuté de ce sujet en caucus, mais ma position personnelle n’a pas changé. Je défendais déjà l’idée d’une adhésion à l’Estrie à l’époque où je présidais le conseil d’administration de l’hôpital BMP. Le poids de Brome-Missisquoi est plus significatif dans un ensemble de 500 000 habitants (Estrie) que dans un ensemble de 1,5 million d’habitants (Montérégie). Il faut également considérer que la population anglophone de notre territoire s’identifie davantage à l’Estrie et aux Cantons-de-l’Est qu’à la Montérégie.

 

RÉPARTITION DES DIRECTIONS RÉGIONALES PAR SECTEURS D’ACTIVITÉ

. Services relevant de l’Estrie: transport; tourisme; justice; immigration; santé et services sociaux; environnement et lutte aux changements climatiques; sécurité publique (police, sécurité incendie et sécurité civile)

. Services relevant de la Montérégie: forêts, faune et parc; culture et communicaiton; économie et innovation; énergie et ressources naturelles; travail, emploi et solidarité sociale; affaires municipales et habitation; agriculture, pêcheries et alimentation; table de concertation des préfets; table de concertation des commissions scolaires francophones; organisme de bassin versant de la rivière Yamaska

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des