Hausses salariales pour les élus de Bromont

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Hausses salariales pour les élus de Bromont
(Photo : Journal Le Guide-archives)

SALAIRE. Les élus du conseil municipal se prononceront sur une hausse salariale de 44,6 % pour le maire et de 23,3 % pour les conseillers, en combinant les rémunérations de base et les allocations de dépense, à la prochaine séance. Ils ont donné un avis de motion à ce sujet lors de la séance du 4 février.

«Du côté de la mairie, il n’y a pas eu d’ajustements depuis 2012, a rappelé M. Villeneuve. En 2016, les élus avaient voté une augmentation et à l’époque, [l’ancienne mairesse, Pauline] Quinlan, avait refusé de la prendre, ce qui créait une dichotomie entre le maire et les conseillers. On a engagé un consultant pour regarder la situation du salaire des élus en prenant en compte des comparables et nos responsabilités.»

Selon le projet présenté, le salaire de base du maire Louis Villeneuve passerait de 52 188 $ à 83 979 $, pour une augmentation de plus de 60 %. Du fait même, l’allocation de dépenses serait réduite de 783 $, passant de 17 378 $ à 16 595 $. En combinant les deux rémunérations, le maire aurait un salaire dépassant légèrement les 100 000 $, alors qu’actuellement, il frôle les 70 000 $.

«Moi, je travaille 65 heures par semaine. C’est une job à temps plein être maire. En plus, à Bromont, il n’y a pas de prime de départ, de prime parachute. Tu es sur un siège éjectable. Tu donnes quatre ans de ta vie, si après ça, les gens te disent bye-bye, tu es gros-jean comme devant.»Les conseillers municipaux verraient également leur rémunération être majorée. Leur salaire de base serait augmenté de 4 357 $ pour passer à 23 035 $ alors que leur allocation de dépenses serait de 11 517,50 $, une augmentation d’environ 1 800 $.

«Puisqu’il n’y avait pas eu d’augmentation, les conseillers étaient dans le 75e percentile alors que le maire était dans le 25e. Il fallait donc procéder à un ajustement pour être équitable.»

Les ajustements s’expliquent également par des modifications fiscales au fédéral qui rendront maintenant imposables les allocations de dépense des élus.

«Ça représente 0,28% du budget de la Ville, a ajouté M. Villeneuve. Quand on sait que presque la moitié de notre budget est alloué aux ressources humaines, c’est des peanuts. Je considère que je travaille avec des élus qui sont très actifs. Ils travaillent presque à temps plein ces gens-là avec un salaire pas très élevé.»

Une consultation publique sur la hausse de salaire se tiendra à 19h, tout juste avant la prochaine séance, le 11 mars.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des