Des économies d’énergie dans l’aviation grâce à une initiative conjointe entre Bromont et Toronto

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Des économies d’énergie dans l’aviation grâce à une initiative conjointe entre Bromont et Toronto
Le copropriétaire de Fibos, Michael Bakaic, le directeur du site de GE Aviation, Bill Mateer, la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, le député de Brome–Missisquoi, Denis Paradis, le maire de Bromont, Louis Villeneuve, la copropriétaire de Fibos, Nicholas Burgwin, et l’ingénieur chez Fibos, Trevor Vaughan, lors de l’annonce vendredi. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

TECHNOLOGIE. Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi un investissement de 2,92 M$, via le fonds de Technologies du développement durable Canada, à la firme torontoise Fibos et à l’entreprise GE Aviation, située à Bromont, pour le développement de capteurs de pression à ultra-haute température pour des moteurs de turbines à gaz à base de technologie par fibre optique.

«Fibos a mis sur point un senseur de turbine au gaz naturel capable de fournir avec une grande précision des mesures de température et de pression en temps réel, a expliqué le député fédéral de Brome–Missisquoi, Denis Paradis. Cette technologie permet des bénéfices d’économie de carburant pour les turbines. Voici un exemple parfait de l’apport des technologies propres au Canada. Elles améliorent notre vie, renforcent l’économie et protègent notre planète.»

Avec sa coentreprise, CFM International, GE Aviation a plus de 70 000 moteurs en service dans les lignes aériennes.

«En toute humilité, nous considérons être un modèle d’innovation et de technologie, a affirmé le directeur de site chez GE Aviation à Bromont, Bill Mateer. Notre association avec la firme Fibos est un bel exemple de partenariat pour faire avancer la recherche et la technologie.»

L’objectif initial de Fibos était de recueillir des données sur la vibration avec ses senseurs.

«Au début de l’année 2018, nous avons démontré dans notre laboratoire que nos senseurs pouvaient soutenir une température allant jusqu’à 1 000 ºC, ce qui est largement au-dessus des senseurs électriques traditionnels qui sont limités à environ 600 ºC», a expliqué l’un des copropriétaires de Fibos, Nicholas Burgwin.

L’équipe de Fibos a ensuite contacté différentes entreprises concernant leur découverte et est parvenue à entrer en contact avec GE, qui a plutôt fait savoir leur besoin d’aller recueillir des données sur la pression.

«Heureusement pour nous, avec notre technologie, nous pouvons faire des mesures de pression, a poursuivi M. Burgwin. Avec ça, le fonctionnement des moteurs peut être optimisé, ce qui permet des économies de carburant et du même coup une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces bénéfices ne peuvent cependant pas être mesurés ou quantifiés aisément. Pour affirmer avec confiance les bénéfices que nous suggérons, un temps important en ingénierie sera requis pour faire des simulations, faire de vraies mesures et obtenir de vraies données et c’est exactement ce que le fonds de Technologies du développement durable Canada nous permettra de faire.»

«Le fait qu’il y ait ce partenariat entre Fibos et GE, je trouve ça excellent que l’Ontario et le Québec qui se mettent ensemble pour développer des technologies propres. Il faut tirer profit de cette industrie à croissance rapide», a pour sa part déclaré M. Paradis.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des