La députée Isabelle Charest invitée à défendre la justice sociale

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
La députée Isabelle Charest invitée à défendre la justice sociale
Une participante portant fièrement la flamme de la justice sociale. (Photo : Le Guide - Claude Hébert)

POLITIQUE. Une délégation d’organismes de Brome-Missisquoi s’est présentée au bureau de comté de la députée et ministre Isabelle Charest, ce matin, pour l’inviter à transmettre les revendications du milieu communautaire à l’Assemblée nationale.

Ces organisations répondaient à l’appel national lancé à l’ensemble des régions du Québec par la Coalition Main rouge et la campagne «Engagez-vous pour le communautaire».

Avec l’arrivée au pouvoir de la Coalition avenir Québec (CAQ), les différents mouvements sociaux veulent s’assurer que le nouveau gouvernement s’engagera pour la justice sociale. À l’approche du premier budget du nouveau gouvernement et dans un contexte de surplus budgétaires estimés de 4,5 G$, ils tiennent également à lui rappeler que le Québec a les moyens de financer adéquatement les programmes sociaux et les services publics.

«Le milieu communautaire travaille de manière innovante et en collaboration avec les services publics pour assurer une couverture adéquate des services auprès de la population. Les coupes des dernières années se font encore ressentir dans nos organisations, compromettant la santé du personnel ainsi que la qualité de vie même des populations avec lesquelles nous intervenons», indique Nicolas Gauthier, agent de liaison à la Corporation de développement communautaire (CDC) de Brome-Missisquoi.

Selon le Regroupement des organismes communautaires (ROC) de l’Estrie, les conséquences de ces coupes ont ainsi eu une incidence directe sur le filet de protection sociale existant au Québec.

«On voit de plus en plus de familles avoir de la difficulté à se loger convenablement, une augmentation de la détresse psychologique faute de services au public, une augmentation constante des demandes d’aide de dépannage alimentaire (…) Ce sont tout autant de conséquences de la tarification de plus en plus fréquente de nos services publics. Des gens doivent faire le choix entre payer la facture scolaire ou le loyer, entre consulter le psychologue au privé ou faire l’épicerie. C’est complètement indécent!» précise Claudelle Cyr, porte-parole du ROC de l’Estrie.

Après une halte aux locaux d’Isabelle Charest, rue Sherbrooke à Cowansville, les participants de Brome-Missisquoi ont convergé avec l’ensemble des délégations du ROC vers Granby, comté du ministre responsable de l’Estrie, François Bonnardel.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des