Sauvetage en milieu isolé: les pompiers de Bromont sont fin prêts

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Sauvetage en milieu isolé: les pompiers de Bromont sont fin prêts
(Photo : courtoisie)

SÉCURITÉ. Les équipes de sauvetage en milieu isolé et de support aérien du Service de sécurité incendie de Bromont/Brigham/Saint-Alphonse-de-Granby (SSIB) sont maintenant préparées pour intervenir sur le terrain. Plus de 350 bornes d’urgence ont également été installées dans les sentiers de Bromont pour aiguiller les secours lorsqu’un incident se produit.

«Nos équipes sont fonctionnelles depuis quelques semaines, on attend tout de même une licence finale de Transports Canada, mais on peut déjà intervenir, a expliqué le directeur du Service de sécurité incendie, Hugo Brière. Avec la compagnie qui vient nous former, on s’est entendus que s’il y a des déploiements à faire d’ici à ce qu’on obtienne notre licence, on va être capables d’intervenir avec leur support.»

Les deux équipes distinctes sont formées de onze pompiers chacune.

«Ils vont travailler ensemble dès qu’il y aura une intervention. Nos sauveteurs vont s’installer à l’entrée la plus proche selon les bornes de localisation et ensuite, on pourra partir avec nos équipements de transport, nos intervenants, tous les équipements adéquats, et on pourra les supporter par vue aérienne avec les drones.»

Le SSIB devient le premier service d’urgence à détenir une licence pour opérer des drones et pourrait être appelé éventuellement par d’autres services à l’extérieur de la région.

«Il y a certains services au Québec qui ont acheté un drone avec quelques pilotes qui peuvent les opérer, mais nous, avec le programme [d’aide financière pour le soutien à l’organisation des interventions d’urgence hors du réseau routier du ministère de la Sécurité publique], on pouvait prodiguer la formation à tous et acquérir le matériel nécessaire. C’est ce qui nous permet également, si on a une demande à l’extérieur, on peut prendre trois ou quatre pilotes et les envoyer tout en restant fonctionnels.»

Déjà, les pompiers de l’équipe de sauvetage en milieu isolé sont intervenus cet hiver. Hugo Brière a noté que les pompiers sont appelés à intervenir de cinq à huit fois par année sur le territoire de Bromont pour porter secours à des individus en milieu isolé.

«C’est arrivé, par expérience, que les intervenants ne se dirigeaient pas à la bonne place en raison de mauvaises indications. On faisait des détours, on ne se rendait pas au bon endroit. Souvent, les secondes vont compter si la personne est en situation critique. On voit un avantage indéniable.»

Les pompiers de l’équipe de sauvetage en milieu isolé auront aussi une formation de premiers répondants.

Drones

Le SSIB s’est procuré trois drones pour son équipe de support aérien.

L’un de ceux-ci, le Matrice 210, est muni d’une caméra 4K, d’un zoom optique et d’une caméra thermique qui supportera le travail des pompiers du haut des airs.

«Avec le parc industriel, le chemin ferroviaire, l’autoroute, le terminal Brigham, pour nous, dans des cas d’intervention majeure, c’est sûr que le drone va éviter de mettre nos pompiers en danger», a souligné M. Brière.

Les drones serviront, entre autres, a trouvé l’accès le plus rapide pour l’équipe sur le terrain, localiser les personnes qui se sont perdues, capter des images, identifier des produits dangereux et les points chauds lors d’un incendie et prendre des images thermiques lors de catastrophes naturelles, comme des inondations, un glissement de terrain ou une tornade, par exemple.

Bornes de repérage

Des bornes de repérage, qui viendront simplifier le travail des services d’urgence et guider les utilisateurs des sentiers, ont été installées. À terme, ce seront 500 bornes numérotées qui se retrouveront sur le territoire de Bromont.

«Le réseau de sentiers municipaux de Bromont compte plus de 100 km de sentiers et avec l’acquisition du parc des Sommets, vient s’ajouter 40 km supplémentaires, mais en milieu plus accidenté. Avec l’augmentation du nombre de visites dans les sentiers et la diversité des endroits, on devait faire en sorte de mettre en confiance les utilisateurs des sentiers. La signalisation est l’un des moyens pour orienter les utilisateurs, sécuriser les sentiers et donner des informations», a indiqué la chargée de projet du parc des Sommets et responsable des sentiers municipaux de la Ville de Bromont, Annie Cabana.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des