Écoles Sainte-Thérèse et Curé-A.-Petit: un ex-militaire déplore l’état lamentable des drapeaux

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Écoles Sainte-Thérèse et Curé-A.-Petit: un ex-militaire déplore l’état lamentable des drapeaux
Au haut de l’école Sainte-Thérèse, le drapeau du Québec est complètement disparu alors que celui du Canada est en lambeaux. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

DRAPEAUX. Les drapeaux canadiens et québécois des écoles Sainte-Thérèse et Curé-A.-Petit, de Cowansville ont connu un dur hiver. Effilochés, déchirés en lambeaux ou complètement disparus. Un ancien retraité des Forces armées canadiennes, Raymond Brouillard, déplore le piteux état des drapeaux qui flottent au-dessus de ces deux écoles francophones de Cowansville.

M. Brouillard en a parlé en novembre avec la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, et a écrit au bureau de circonscription de la députée provinciale, Isabelle Charest, pour faire part du problème.

«Si on regarde du côté des écoles anglaises, à Heroes Memorial, les drapeaux sont beaux. Dans les écoles anglaises, ils semblent être fiers. À la légion, les drapeaux sont beaux. À Sainte-Thérèse, c’est complètement autre chose. Personne ne peut me faire croire que ceux qui y rentrent le matin ne peuvent pas remarquer que le drapeau du Québec est rendu pratiquement inexistant. À Curé-A.-Petit, je sais qu’ils l’ont changé, mais ça ne me semble pas être de la grande qualité, parce qu’il commence déjà à déchirer», a déploré M. Brouillard.

Le résident de Cowansville comprend que les drapeaux ne revêtent pas au Québec la même importance qu’aux États-Unis ou dans les autres provinces canadiennes.

«Je comprends que les Américains portent une importance particulière aux drapeaux. J’ai habité dans quatre provinces canadiennes avant que je vienne au Québec. Je sais qu’ici, en tant que Québécois, les drapeaux, on n’y voit pas la même importance, mais il y a des limites», a-t-il déclaré.

Du côté de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC), on assure qu’ils seront remplacés dans les dix prochains jours ouvrables, assure la Commission scolaire du Val-des-Cerfs (CSVDC).

«On a un plan annuel de remplacement des drapeaux, a expliqué le directeur des ressources matérielles à la Commission scolaire du Val-des-Cerfs, Mario Beauvais. Ils sont remplacés environ à tous les trois ou quatre mois. Dans le cas particulier de l’école Sainte-Thérèse, on n’a pas pu les remplacer parce que les mâts sont très hauts.»

Modifications

La Commission scolaire du Val-des-Cerfs assure que des mesures seront mises en place prochainement afin d’éviter qu’une telle situation se produise à nouveau à l’école Sainte-Thérèse.

«On a pris l’orientation de changer les mâts, a expliqué Mario Beauvais. Dans les 10 prochains jours ouvrables, les mâts seront changés et les drapeaux, remplacés. Ça va nous rendre la vie plus facile.»

Le changement des mats permettra à la CSVDC de pouvoir changer les drapeaux à l’interne même durant l’hiver. Avec la hauteur actuelle des mâts à l’école Sainte-Thérèse, la Commission scolaire aurait dû faire affaire avec une firme externe pour changer les drapeaux.

«C’est un dossier qu’on suit de très près, a affirmé de son côté la conseillère aux communications de la CSVDC, Alexandra Langlois. C’est une question d’une dizaine de jours. On a eu un hiver très particulier et ce sera de plus en plus comme ça. Nous, on fait une vigie régulière.»

Les drapeaux doivent être changés régulièrement en raison des intempéries. L’hiver particulièrement ardu les a endommagés plus rapidement que prévu.

«Ça a été un hiver très difficile pour les drapeaux avec la glace, le gel et le dégel, a affirmé M. Beauvais. Le tissu peut également être endommagé par le soleil, les rayons UV.»

Approvisionnement

La CSVDC achète ses drapeaux d’une seule et même compagnie spécialisée. Ils doivent respecter des normes très strictes établies par les différents ordres de gouvernement.

«On s’approvisionne toujours au même endroit, qui est spécialisé dans les drapeaux, a expliqué Mario Beauvais. Techniquement, en raison de la législation, on a des normes à suivre concernant le matériel utilisé. Même les couleurs sont standardisées. Il y a quelques choix pour les dimensions, mais pour les dimensions standards, il n’y a pas trois sortes.»

Ce que les lois dictent

Loi sur les drapeaux et les emblèmes du Québec

«Le drapeau du Québec doit être déployé sur les édifices utilisés à des fins scolaires ou administratives des organismes scolaires […]. Tout drapeau déployé doit être conforme aux normes du Bureau de normalisation du Québec. Il doit aussi être exempt de déchirure ou de lacération.»

Règles sur le déploiement du drapeau national du Canada

«Les drapeaux détériorés qui sont devenus impropres à l’usage doivent être détruits dignement. Un drapeau devrait être déclaré inutilisable quand ses couleurs sont délavées, quand il est troué ou déchiré ou quand son pourtour est effiloché. Quand un drapeau est en lambeaux, impropre à l’utilisation, on doit en disposer de manière digne et convenable.»

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des