La tournée scolaire de Tennis Québec s’arrête à Curé-A.-Petit

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
La tournée scolaire de Tennis Québec s’arrête à Curé-A.-Petit
Les élèves des 3e, 4e, 5e et 6e années de l’école Curé-A.-Petit ont pu être initiés au mini-tennis, le 13 mai. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

TENNIS. Près de 120 élèves des 2e et 3e cycles de l’école primaire Curé-A.-Petit de Cowansville ont reçu la visite de la Tournée de tennis scolaire de Tennis Québec, le 13 mai. Un animateur a montré les rudiments du sport à ces élèves via quelques activités dans la cour de la petite école.

«C’est un projet clé en main, a expliqué l’animateur et conseiller développement, clients et marketing chez Tennis Québec, Martijn Kentie. Il y a le volet tennis où on découvre différents aspects selon les groupes d’âge. On voit la manipulation, un peu de techniques d’échange, les différentes frappes et des jeux un peu plus compétitifs à la fin. C’est pour leur donner le goût au tennis. Il y a également le volet nutrition, avec les services de garde et le personnel, pour donner une formation pour les saines habitudes de vie.

À la suite de cette visite, les cours de tennis seront intégrés au cursus scolaire en éducation physique à l’école.

«Quand j’ai refait les lignes ici dans la cour, c’était dans le but de faire du tennis, a relaté l’enseignante d’éducation physique à l’école Curé-A.-Petit, Nathalie Leduc. Après qu’on aura eu cette visite-là et puisqu’on a reçu de l’équipement avec la Fondation Bon Départ, l’année prochaine, ce sera dans le programme de l’année. On prête déjà des raquettes, des balles. On a quelques élèves qui s’amusent avec ça pendant les récréations. En ayant des filets, on va pouvoir aussi offrir ça et l’intégrer dans les cours d’éducation physique.»

La Tournée de tennis scolaire, qui peut compter sur Félix Auger-Aliassime, Alexandre Barrette, Sarah-Jeanne Labrosse et Aleksandra Wozniak comme ambassadeurs, visitera 50 écoles cette année, elle qui en est à sa dixième édition.

«Ça peut être la petite chose qui fait pousser un jeune à découvrir le sport, a ajouté M. Kentie. Certains ont des habiletés naturelles pour le sport. Il suffit qu’il y en ait un ou une qui se disent qu’ils trouvent ça plaisant. On ne sait jamais, on pourrait peut-être trouver le prochain Félix Auger-Aliassime.»

Activités diversifiées

À Curé-A.-Petit, l’enseignante en éducation physique aime intégrer des sports hors du commun à son programme.

«J’aime ça faire découvrir de nouvelles activités aux élèves, a-t-elle affirmé. Je fais beaucoup de sports non traditionnels que tu ne retrouves pas vraiment ailleurs. Je ne fais pas de soccer, ils en font pratiquement tous à l’extérieur de l’école. Le premier cycle, on fait des cours de natation. Les élèves de maternelle, depuis deux ans, ont des cours de planche à neige. En 3e et 4e années, c’est des cours de patin. Avec les 5e et 6e années, on fait des cours de ski de fond.»

D’ailleurs, depuis cette année, des élèves sont invités à emprunter de l’équipement de ski de fond pour pouvoir en faire à l’extérieur des cours.

«Je suis allé me chercher avec un projet une subvention de Ski de fond Canada. J’ai pu m’équiper. J’ai commencé cette année à prêter de l’équipement aux élèves la fin de semaine. C’est un peu l’idée de t’amener à être capable de bouger à l’extérieur de l’école et voir qu’il y a plein de choses que tu peux faire dehors.»

Mme Leduc a tenu à souligner l’aide de la Fondation Boulanger-Bédard, qui lui permet de faire des activités à l’extérieur de l’école en aidant au financement du transport, entre autres.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des