Bromont sera le terrain de jeu de chercheurs sur la maladie de Lyme

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Bromont sera le terrain de jeu de chercheurs sur la maladie de Lyme
Les chercheurs, la Dre Cécile Aenishaenslin et le Dr Jérôme Pelletier, en charge de l’étude terrain sur la maladie de Lyme à Bromont (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

ÉTUDE. Des chercheurs de l’Université de Montréal, la Dre Cécile Aenishaenslin et le Dr Jérôme Pelletier, seront sur le terrain à Bromont pour réaliser une étude sur la maladie de Lyme en deux volets : un sur le côté humain et l’autre sur le côté environnemental.

«On a débuté les activités au début de la semaine dernière, le volet environnemental, a indiqué la Dre Aenishaenslin. Il y a 700 boîtes appâts qui ont été déposées dans différentes zones de la ville de Bromont. Pour le volet humain, on attendait l’approbation éthique, qu’on vient d’avoir.»

Les chercheurs organiseront des activités de discussion et de sensibilisation à la reconnaissance des tiques ainsi qu’aux comportements préventifs à adopter au cours de l’été.

«La Ville de Bromont va envoyer des communiqués aux résidents, parce qu’on veut vraiment une participation citoyenne à des discussions, des activités interactives, a ajouté la Dre Aenishaenslin. Il va aussi y avoir des activités d’identification des tiques. On va inviter les gens, qui seraient intéressés à se familiariser avec l’apparence d’une tique et comment on peut la reconnaître dans un milieu naturel, à participer à deux journées d’activités au cours de l’été.»

Le projet est d’une durée de deux ans. Les résultats de l’étude devraient être connus lors de l’hiver 2020-2021.

«On va évaluer les connaissances, attitudes et comportements préventifs des gens avant, cette année, et après les activités, à la fin de l’année 2020, a indiqué la Dre Aenishaenslin. Ça va faire l’objet d’un mémoire de maîtrise d’une étudiante qui va participer à ce projet-là.»

Volet environnemental

Des boîtes appâts destinées à attirer les souris, principal hôte de la maladie de Lyme, ont été placées sur le territoire de Bromont.

Avec cet appât, les chercheurs espèrent immuniser les souris qui ne pourront pas transmettre via les tiques la maladie de Lyme aux humains.

«Ce sont de petites boîtes fermées à clé qui sont placées dans les lieux publics, dans les bois près des arbres, a expliqué le Dr Jérôme Pelletier. À l’intérieur, il y a une base de beurre d’arachide avec une molécule qui va traiter les souris contre les tiques. Les souris, les rongeurs, ce sont eux qui gardent la maladie de Lyme dans l’environnement. Puisque les souris seront traitées, les tiques ne seront plus infectées et ne pourront plus transmettre la maladie.»

Du même coup, le nombre de tiques pourrait également diminuer.

«Comme les souris sont un hôte important de la tique, elles vont aussi agir comme un tueur de la tique dans l’environnement, a indiqué le Dr Pelletier. Comme ça, on espère également diminuer le nombre de tiques.»

Les chercheurs seront sur le terrain afin de vérifier si les appâts sont consommés et les remplir en cas de besoin. Ils seront laissés sur le territoire jusqu’au mois de septembre.

«C’est expérimental, on teste une hypothèse, a conclu le Dr Pelletier. Si ça marche, tant mieux, si ça ne fonctionne pas, on va se questionner pour savoir pourquoi ça ne fonctionne pas. Si ce n’est pas une avenue, on va essayer d’en trouver une autre.»

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des