Un virage ambitieux pour le Spectacle et salon aérien des Cantons-de-l’Est

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Un virage ambitieux pour le Spectacle et salon aérien des Cantons-de-l’Est
La visite des aéronefs gagne en popularité année après année au rassemblement aéronautique de Bromont. (Photo : Nicolas Racine - Archives)

AÉRONAUTIQUE. Le Spectacle et salon aérien des Cantons-de-l’Est (SSACE) prendra une pause en 2019 pour mieux revenir en septembre 2020 avec plein de nouveautés.

«Depuis 20 ou 30 ans, les rassemblements aéronautiques n’ont pas beaucoup changé. Nous recherchons un positionnement différent, histoire de nous démarquer des autres événements», explique le directeur général du SSACE, Michel Lecompte.

L’organisation de Bromont cherche notamment à conserver le volet familial de l’événement en y greffant des ateliers pratiques et des activités interactives pour les jeunes du primaire et du secondaire.

«On veut que les jeunes attrapent la piqûre des sciences, qu’ils développement un intérêt pour la technologie et que certains d’entre eux poursuivent une carrière dans l’industrie aéronautique ou d’autres domaines connexes», précise M. Lecompte.

Ce dernier ajoute que le comité organisateur planifie déjà l’organisation d’une journée parascolaire avec les commissions scolaires Eastern Townships et Val-des-Cerfs.

L’organisme Aviation Connection, qui propose des cours gratuits sous forme d’activités parascolaires aux écoles secondaires Massey-Vanier, J.-H.-Leclerc et Jean-Jacques-Bertrand, de même que dans la grande région de Montréal, sera également de l’événement.

Soutenir l’industrie

L’équipe du SSACE souhaite également positionner l’événement comme le rendez-vous annuel de l’industrie aéronautique de l’Est du Canada.

«Notre région compte une dizaine d’entreprises oeuvrant dans le domaine de l’aéronautique. Il s’agit surtout de PME – à l’exception bien sûr de GE Aviation –

qui ont des besoins importants en main-d’œuvre. Nous voulons les supporter et travailler avec elles pour les aider à attirer de nouveaux travailleurs dans la région», indique M. Lecompte.

Selon le directeur général du SSACE, l’événement pourrait également fournir aux gens de l’industrie une occasion de se rencontrer et de réfléchir sur les avenues à explorer en matière de recrutement de la main-d’œuvre ou de bonification des conditions d’emploi dans ce secteur d’activité.

Le salon de l’emploi du SSACE est également là pour rester. Cette activité a permis de réunir une quarantaine d’entreprises en 2018, mais les organisateurs ont bon espoir d’en attirer davantage.

Volet spectacles

Le comité organisateur entend par ailleurs décaler l’édition 2020 d’une semaine de manière à éviter d’entrer en concurrence avec les spectacles aériens de Gatineau et de London.

«L’absence des CF-18 et des Snowbirds, retenus à l’Aero Gatineau-Ottawa  en septembre 2018, nous a fait mal lors de la dernière édition. Il y a des gens qui se déplacent spécialement pour admirer les prouesses des pilotes et les performances acrobatiques de ces avions», signale M. Lecompte.

La dernière édition de Bromont, présentée en 2018, avait attiré 23 000 spectateurs, soit 10 000 personnes de moins que l’année précédente.

«Le simulateur de vol et les drones que les jeunes peuvent piloter ont connu un vif succès l’année dernière. On veut y ajouter des démonstrations d’avions téléguidés et de planeurs en carton», poursuit le directeur général du SSACE.

À l’instar de l’année dernière, le comité organisateur compte également présenter les projets-pilotes d’étudiants universitaires de manière à faire de l’événement un véritable parc de jeu scientifique.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des