Les personnes à mobilité réduite pourront visiter les sentiers de Bromont avec les Dahüs

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Les personnes à mobilité réduite pourront visiter les sentiers de Bromont avec les Dahüs
Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a testé l’engin lors de l’annonce, lundi. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

ACCESSIBILITÉ. La Ville de Bromont a annoncé lundi l’acquisition de deux Dahüs, des fauteuils roulants tout-terrain, qui permettront aux personnes à mobilité réduite de profiter des 140 km de sentiers de la Ville, une première initiative de ce genre offerte gratuitement au Québec.

Le maire Louis Villeneuve a d’ailleurs testé le Dahü dans les sentiers lors de l’annonce.

«C’est qui m’est monté tout de suite à l’esprit, j’ai pensé à tous ceux qui sont à mobilité réduite, qui eux n’ont pas cette opportunité-là de se promener dans les sentiers, a-t-il raconté. Nous, on a juste à se lever le matin et dire que je vais aller courir ou marcher, on ne se pose pas de question. Un moment donné, d’un coup sec, assis là-dedans, ça a fait »ayoye, il y a des gens qui ne peuvent pas faire ce choix-là ».»

L’idée des Dahüs est venue du directeur général de la Fondation des sports adaptés, le Bromontois Steve Charbonneau.

«Pour moi, c’était logique, étant résident de Bromont et voir comment la Ville investit dans les sentiers avec ses partenaires, a déclaré M. Charbonneau. Je me disais qu’il fallait trouver une façon d’inclure notre clientèle à la Fondation des sports adaptés.»

La Ville avait quant à elle un objectif dans le cadre du projet du parc des Sommets, soit celui de rendre les sentiers et toutes les infrastructures sportives de la ville accessibles.

«La question qui revenait depuis plusieurs mois dans ma tête était comment on allait arriver à rendre accessible toutes nos infrastructures, a raconté la chargée de projet du parc des Sommets et responsable des sentiers municipaux de la Ville de Bromont, Annie Cabana. C’était un défi de taille parce qu’on voulait, en plus de permettre l’accès aux sentiers, permettre l’accès aux plus beaux sommets qu’on a ici à Bromont. On voulait aussi leur permettre d’accéder et que les gens puissent même visiter un vignoble de la région. Ce n’était pas évident de trouver une solution.»

Les Dahüs, qui seront disponibles gratuitement au Bureau d’information touristique, pourront servir pour n’importe quelle limitation physique

«Peu importe la limitation physique, ça peut être un handicap, ça peut aussi être la clientèle vieillissante, les personnes âgées, a indiqué M. Charbonneau. J’ai une belle-mère, qui même en forme, je ne pense pas qu’elle peut penser monter une montagne ici à Bromont, sans un appareil comme un Dahü.»

Le Club de trail de Bromont est également impliqué dans le projet.

«Ce qu’on trouvait très intéressant aussi, c’est qu’on engageait la communauté, a affirmé Mme Cabana. Des gens du club de trail, bénévolement, vont pouvoir par la Fondation des sports adaptés pousser ou tracter le fauteuil à la demande lorsque quelqu’un en fera la réservation, s’ils en ont besoin. C’est un service qui sera offert gratuitement.»

Des formations seront aussi offertes à ceux qui désirent pousser ou tracter les Dahüs.

«La personne pourrait partir avec de la famille ou des amis une fois la formation reçue pour aller découvrir les plus beaux attraits», a indiqué Mme Cabana.

«À la Fondation, notre slogan, c’est de favoriser l’inclusion par le sport, a ajouté Steve Charbonneau. Je trouve ça très inclusif d’être capable d’aller en montagne en gang, des personnes sans handicap physique et une personne assise dans le fauteuil, et on est capables de profiter des beautés de la nature tout le monde ensemble.»

Questionné à savoir s’il était possible que la Ville s’en procure plus à l’avenir, le maire Louis Villeneuve n’a pas fermé la porte à l’idée.

«La porte est toujours ouverte. C’est une première expérience, on va voir quelle est la demande.»

Les deux Dahüs ont nécessité un investissement de 10 000 $ de la part de la Ville. Les personnes intéressées pourront les réserver sur le site internet de la Fondation des sports adaptés.

Le nom Dahü

Le nom du Dahü vient d’un mythe européen concernant une chèvre.

«La chèvre a les deux pattes de gauche plus courtes que celles de droite, a expliqué le directeur général de la Fondation des sports adaptés, initiateur de l’idée des fauteuils roulants tout-terrain, Steve Charbonneau. Elle peut tout simplement tourner dans le même sens en montagne. La façon de chasser le dahu, tu lui fais peur, elle se revire de bord, elle tombe sur les pattes courtes, elle déboule et on l’attrape comme ça. Je me disais que la chèvre avait un handicap et était en montagne. C’est exactement ce que je voulais faire avec le projet de Dahü.»

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des