C’est parti pour le Festival de violon traditionnel de Sutton !

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
C’est parti pour le Festival de violon traditionnel de Sutton !
Le Festival de violon traditionnel de Sutton se poursuit jusqu’à dimanche. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

VIOLON. La sixième édition du Festival de violon traditionnel de Sutton est lancée. En plus de tenir sept concerts au parc des Vétérans, quelques nouveautés font leur apparition cette année.

«Cette année, pour la première fois, on a un festival des enfants sur deux jours avec un chapiteau, a relaté le directeur artistique du Festival, Jean de Grosbois. Les parents peuvent nous confier leur enfant et bénéficier du festival. On veut permettre aux familles de venir. Ça commence avec des maquilleuses à 11h et ça se termine à 17h30, samedi et dimanche. Il y a aussi les classes de maîtres, les ateliers, le festival des enfants et des animations musicales gratuites partout dans le village.»

C’est une trentaine d’artistes qui participent à ce festival avec, entre autres, la présence de Lisa Ornstein, André Marchand et Martin Aucoin.

«Six ans, on se rend compte que c’est un point de transition pour un festival qui est parti de rien, pratiquement, a affirmé de son côté le président du Festival, Thomas de Grosbois. Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas de gros changements, mais qui continuent de s’améliorer. On est rendus avec notre propre scène, on a de la décoration, on a amélioré notre formule pour les chapiteaux. On devient plus professionnels entre guillemets sur certaines affaires. Il y a beaucoup de choses qui roulent un peu mieux et qui rendent l’expérience plus plaisante pour tout le monde, tant pour les artistes que pour les bénévoles ou les participants.»

Le festival commence à se faire un nom à travers la province.

«Les premières années, il fallait appeler les gens qu’on connaissait, les violoneux, des invités en leur disant qu’on n’avait pas beaucoup d’argent, mais qu’on pouvait payer leur essence, s’est remémoré Jean de Grosbois. Cette année, on est fiers de pouvoir dire qu’on peut les payer et que c’est le monde qui fait application pour venir ici.»

«On commence à avoir une certaine notoriété, a ajouté Thomas de Grosbois. On aime beaucoup cette dualité-là qui fait partie de la musique traditionnelle où il y a des événements informels où on se ramasse en groupe. Puisque c’est un répertoire commun qui est partagé, on a simplement qu’à se demander ce qu’on connait tous, ce qu’on peut jouer et on y va à la bonne franquette versus un duo, qui sait ce qu’il veut jouer et qui a travaillé ses arrangements. Les deux se nourrissent mutuellement.»

Jean de Grosbois souligne que «le violon, sous toutes ses formes, est l’instrument le plus répandu sur la planète».

«C’est l’instrument roi qui est joué en Chine, en Australie, en Inde, partout. On a eu à notre deuxième année, une violoniste chinoise avec un erhu, des nyckelharpas suédoises, on va avoir ça encore cette année.»

Le Festival se poursuit jusqu’à dimanche. Pour plus de détails, les intéressés peuvent consulter le site internet du Festival.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des