Cowansville: des enseignants donnent un coup de main à la Popote

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert

BÉNÉVOLAT. Pour donner suite à la suggestion du premier ministre et du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, trois professeurs de notre région ont choisi de s’impliquer au sein de la communauté en assurant la livraison de repas chauds aux personnes âgées.

Sophie Bolduc, une Cowansvilloise dans la fin vingtaine qui enseigne à l’école primaire Saint-Léon, donne un coup de main à la Popote roulante le lundi, mercredi et vendredi. Elle prend ainsi la relève de bénévoles plus âgés actuellement confinés à la maison à la demande des autorités gouvernementales.

Les employés municipaux qui donnent un coup de main à la Popote roulante de Cowansville doivent évidemment respecter certaines consignes, histoire d’éviter la propagation du virus.

La jeune femme a effectué une première livraison, mercredi dernier, avec la complicité de son conjoint, un travailleur de la construction. La livraison d’une douzaine de repas a demandé au couple une bonne quarantaine de minutes.

«Ça a pris un peu plus de temps, car je ne connaissais pas la route. J’étais cependant familière avec les noms des rues, toutes situées à proximité du quartier où j’ai passé mon enfance», précise Mme Bolduc.

Cette dernière signale que dix duos de conducteurs-baladeurs étaient à l’œuvre à la Popote, mercredi dernier, lors de son entrée en scène. Des pompiers et des employés de la Ville de Cowansville étaient du nombre.

«La coordonnatrice de la Popote, Chantal Lapointe, nous a mentionné que l’organisme prépare et livre de 75 à 80 repas par jour en temps normal. Le nombre de clients a augmenté depuis la crise du coronavirus et s’élève aujourd’hui à près d’une centaine», indique la jeune femme de 29 ans.

Précautions élémentaires

Depuis le début de la crise, la Popote roulante de Cowansville prépare jusqu’à une centaine de repas. Des employés municipaux collaborent à la première étape des opérations, la prise de commandes téléphoniques, le temps que le milieu s’organise. Photos: Gracieuseté – Ville de Cowansville

Les bénévoles de la Popote roulante de Cowansville doivent évidemment respecter certaines consignes, histoire d’éviter la propagation du virus.

«On commence par se laver les mains, puis on enfile des gants. À notre arrivée à la cuisine, les repas sont déjà prêts à être livrés et il ne reste plus qu’à y ajouter le plat principal. Les repas sont placés dans des boîtes à lunch isolées qui permettront de les garder bien au chaud», explique Sophie Bolduc.

À leur arrivée au domicile du client, les bénévoles déposent le repas sur une chaise ou dans une boîte, prennent l’enveloppe préparée à leur intention, puis regagnent leur véhicule.

«En temps normal, le baladeur prend le temps de jaser avec les clients et de s’informer de leur état de santé. Les choses sont différentes depuis quelques jours, car tout est maintenant mis en œuvre pour éviter les contacts physiques ou rapprochés entre les bénévoles et les clients», ajoute l’enseignante, qui entend bien poursuivre son implication bénévole jusqu’à son retour en classe.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des