COVID-19: la clinique d’avortement de BMP délocalisée à Sherbrooke

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
COVID-19: la clinique d’avortement de BMP délocalisée à Sherbrooke
La clinique d’avortement de l’hôpital BMP est fermée jusqu’à nouvel ordre en raison de la pandémie de coronavirus, le service étant maintenant offert à Sherbrooke. (Photo : Deposit Photos)

SANTÉ. Les citoyennes de la MRC de Brome-Missisquoi souhaitant bénéficier du service d’interruption volontaire de grossesse (IVG) offert par le centre hospitalier de Cowansville doivent désormais se déplacer à Sherbrooke pour y subir l’intervention désirée.

«Nous travaillons activement sur des solutions pour que ce service de proximité, qui sera maintenu à l’hôpital BMP dans l’avenir, y revienne dès que possible», indique Karine Duchaineau, directrice générale adjointe du programme de santé physique générale et spécialisée au CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Inconvénients

L’organisation régionale de la santé dit comprendre les inconvénients liés à la délocalisation du service IVG vers le centre de planification des naissances de Sherbrooke et laisse entendre qu’elle s’efforce d’amoindrir le plus possible les impacts négatifs de ce transfert d’activité. La mise en place d’un service de transport gratuit pour les personnes ayant besoin pour se déplacer à Sherbrooke est l’une des mesures de soutien retenues pour s’assurer un accès universel au service.

Le centre de planification des naissances de Sherbrooke est le seul autre endroit sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie – CHUS offrant ce service et ayant l’équipe interdisciplinaire formée pour accueillir cette clientèle.

Explications

Le CIUSSS de l’Estrie – CHUS nous apprend par ailleurs que la salle de l’hôpital BMP, où ces interventions sont habituellement pratiquées, a été transformée en salle à pression négative. Le recours à ce type d’installation a pour but d’éviter que le coronavirus se propage dans les autres parties du centre hospitalier.

«C’était un changement nécessaire pour assurer la protection des usagers et du personnel de l’hôpital en contexte de pandémie», explique Mme Duchaineau.

Quelque 250 femmes ont eu recours au service d’interruption volontaire de grossesse de BMP l’année dernière.

Questionnement

Les explications de l’organisation régionale de la santé devraient répondre – en tout ou en partie – aux interrogations du conseil des maires de la MRC de Brome-Missisquoi qui se questionnait sur les motifs d’une telle délocalisation et disait craindre que le transfert de ce service vers Sherbrooke puisse devenir définitif.

Dans une lettre acheminée au CIUSSS de l’Estrie – CHUS, la semaine dernière, la MRC rappelle l’importance de maintenir les services dispensés par le centre hospitalier de Cowansville aux citoyens de Brome-Missisquoi.

La MRC demande par ailleurs au gouvernement du Québec d’investir les sommes nécessaires pour assurer la pérennité et le maintien des services aux usagers de l’hôpital BMP (…) par la mise à niveau d’équipements et des salles d’opération de cet établissement.

«Pour une personne vulnérable ayant besoin d’une interruption de grossesse, ça peut être compliqué de se rendre à Sherbrooke. C’est d’autant plus vrai que la pandémie de COVID-19 peut durer longtemps», signale le directeur général de la MRC, Robert Desmarais.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments