Bilan positif pour le projet Éveil à la culture

Par Boris Chassagne | Initiative de journalisme local
Bilan positif pour le projet Éveil à la culture
L'atelier d’Anaïs Ronceray au CPE, la Passerelle des mousses, de Sutton. (Photo : Gracieuseté)

COMMUNAUTÉ.  La phase 1 d’un projet pilote d’éveil à la culture auprès des tout-petits vient de prendre fin. J’inviterai l’enfance s’est déployé dans plusieurs municipalités de la région avec pour objectif de démontrer les bienfaits de l’exposition des tout-petits à l’art et à la culture.

Initié par la Ville de Sutton et porté par la Ville de Cowansville, le projet intermunicipal, J’inviterai l’enfance, a également été déployé dans les municipalités de Bromont, Dunham, Farnham, Lac-Brome et Saint-Ignace-de-Stanbridge.

Le projet pilote a été lancé en mai 2019. Treize artistes professionnels se sont rendus dans une douzaine de CPE et garderies, avec pour public, une centaine de poupons et d’enfants âgés de 6 mois à 5 ans. Il a aussi déployé soixante stages de création en milieu de la petite enfance et présenté dix ateliers artistiques différents. Quatorze étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance et futures passeuses culturelles ont accompagné les artistes afin d’ajouter une dimension culturelle à leur formation.

Théâtre, peinture, musique et gravure ont pris l’affiche.  «L’artiste partageait son art avec des tout petits. Certains ont même fait des ateliers silencieux. Et ça a fonctionné! Ça a été très porteur», affirme Sylvie Vandal, coordonnatrice à Cowansville du projet J’inviterai l’enfance et qui est sortie de sa retraite pour travailler au projet. « Il s’avérait que les enfants souffraient de malnutrition culturelle, qu’il n’y avait peu ou pas d’offre culturelle pour la petite enfance», explique Mme Vandal. Pour les enfants, on ne note que des bienfaits. «Ça les aide au niveau cognitif, langagier, social, ça n’a que des bénéfices », explique Sylvie Vandal.

Pour Claudine Filion-Dufresne, agente de développement culturel à la Ville de Sutton et qui a porté le projet, «ça a été une bougie d’allumage. Ça a fait prendre conscience aux villes, aux artistes, aux éducatrices, que l’art est précieux pour les tout-petits, autant pour ce qu’il est, que pour ce qu’il leur permet d’être. En travaillant ensemble, on peut vraiment construire l’avenir, autant pour ces petits-là, que pour nos communautés.»

Phase II

On sait déjà que les diffuseurs de Brome-Missisquoi (musées, bibliothèques, centres culturels) seront appelés, lors de la phase 2 du projet, à développer des produits destinés à ces jeunes enfants. Une formation leur sera offerte pour les aider à adapter leurs salles, par exemple. Le projet doit « sortir du milieu des CPE… atteindre les familles », nous dit Mme Vandal qui lancera, début 2021, des activités de médiation culturelle. La programmation de J’inviterai l’enfance va s’étendre jusqu’en 2021. Un volet intergénérationnel sera intégré à la phase III du projet.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des