Une formule revue pour la Marche pour vaincre les cancers des femmes

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Une formule revue pour la Marche pour vaincre les cancers des femmes
Les deux coprésidentes d’honneur de l’événement, l’auteure Louise Penny et la gynécologue à l’hôpital BMP, la Dre Christine Cadrin (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

SANTÉ. Les organisateurs de la Marche pour vaincre les cancers des femmes ont dû redoubler d’ardeur en raison de la pandémie pour pouvoir trouver une façon de quand même tenir la 19e édition de l’événement. C’est donc une version virtuelle de l’événement qui aura lieu, du 4 octobre au 4 novembre, avec comme objectif de franchir le cap des 1 M$ amassés depuis la première édition.

«Le contexte actuel nous oblige à revoir nos activités, nos déplacements et nos façons de faire, mais les maladies, les cancers, eux, ils n’ont pas pris de recul ni de pause, a affirmé la directrice des dons majeurs et planifiés à la Fondation BMP, Ingrid Marini. Nous sommes fiers de vous présenter l’édition de la Marche pour vaincre les cancers des femmes 2.0, un événement rassembleur où nous nous unissons pour la même cause, même à distance. L’objectif pour cette année, notre version de la marche 2.0 est de franchir et dépasser la barre du merveilleux montant de 1 M$ et on va réussir!»

Dans les 18 premières éditions de la marche, c’est plus de 980 000 $ qui ont été amassés. L’argent qui sera récolté cette année servira à l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins afin qu’elle fasse l’acquisition d’équipements pour la nouvelle tour de laparoscopie.

«Plusieurs choses sont différentes cette année en raison de la pandémie, la marche sera virtuelle pour nous garder en sécurité et en santé, a indiqué de son côté la présidente du Yamaska Valley Optimist Club, Lucy Davis. La raison pour laquelle on ne fait pas de marche cette année, c’est que le cancer n’arrête pas pour une pandémie. C’est important de faire les diagnostics, la prévention et les traitements pour le cancer. On demande à tout le monde de sortir, de marcher, de prendre son vélo, de courir, pour faire un peu d’exercice entre le 4 octobre et le 4 novembre.»

Coprésidentes d’honneur

Comme l’an dernier, l’auteure de romans à succès, Louise Penny, et la gynécologue à l’hôpital BMP, la Dre Christine Cadrin, agiront à titre de coprésidentes d’honneur de la Marche.

«Une des choses que plusieurs d’entre nous avons faites pendant la pandémie, quand ça a commencé et que nous étions en confinement, est d’essayer de nouvelles choses, comme apprendre une langue ou apprendre à tricoter, a relaté Mme Penny. De mon côté, j’ai décidé d’apprendre à courir en prévision de l’événement. D’ici le 4 octobre, je serai capable de courir un 5 km. Jusqu’ici, pas de chance, mais on y arrive! Au début de la pandémie, je devais courir dans mon appartement. Je dois vous dire, courir autour d’un îlot de cuisine, ce n’est pas une partie de plaisir. Je suis plutôt bonne pour prendre les virages, mais courir en ligne droite, c’est un peu problématique!»

Les formulaires pour les dons et l’inscription sont disponibles en ligne sur le site internet du Yamaska Valley Optimist Club au yvoc.ca. Des versions papier sont également distribuées au Panier champêtre et chez Royal LePage, à Knowlton, au Nettoyeur Houle et à la Pharmacie Jean-Coutu de Cowansville ainsi qu’à la Clinique médicale Bromont.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des