Des bacs de plantes comestibles pour honorer des agricultrices de Dunham

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Des bacs de plantes comestibles pour honorer des agricultrices de Dunham
La Récolte des Générations et le Comité action environnement Dunham ont lancé leur parcours nourricier, Vert ton Dunham, la semaine dernière. (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

AGRICULTURE. La Récolte des Générations et le Comité action environnement Dunham (CAED) ont présenté le fruit de leur projet Vert ton Dunham, qui consiste en la création d’un parcours nourricier composé de trois bacs avec des plantes comestibles en bordure de la rue Principale, en plein cœur du village. Trois agricultrices de Dunham sont honorées sur les bacs.

«C’était important pour nous de donner ce souffle-là pour la communauté, mais c’était important pour nous aussi de faire honneur à des femmes qui défendent l’agriculture durable», a déclaré Maude Ménard-Dunn, du CAED.

Michelle Décary, de la ferme Au Petit Boisé, Anne Carrier, des Jardins en mouvement, et Anne-Sophie Tardif, de la Coopérative Les Jardins du Pied de Céleri, sont les trois agricultrices dont le parcours est raconté sur les bacs.

«Je trouve ça super beau comme projet, a affirmé Mme Tardif. Ça enjolive d’avoir des plantes nourricières sur la rue. Ça me fait plaisir d’être associée à ce projet-là. Ce qui est mon gros buzz présentement, c’est de permettre aux gens de manger selon le rythme des saisons.»

Le projet est dans les cartons depuis un bon moment. Au départ, la Récolte des Générations voulait installer ces bacs dans les espaces de stationnement sur la rue Principale, projet qui a été compliqué par le fait qu’il s’agit d’une route provinciale régie par le ministère des Transports.

L’année passée, on cogitait un peu sur ce qu’allait être la suite de la Récolte, qui est en constante évolution, a relaté l’une des fondatrices de La Récolte des Générations, Élyse Cardinal. Puis, est venue l’idée en jasant avec les membres du CAED de faire un parcours nourricier. C’était une idée qui était déjà présente avec la Récolte. Est venue l’idée de faire ça sur des terrains commerciaux ou résidentiels et de joindre l’effet de rencontre directement sur la rue ainsi que de créer un lieu de repos pour les personnes âgées et les familles qui se promènent dans le village de Dunham.»

«Le Comité action environnement de Dunham nous a approchés au mois d’octobre l’année passée pour nous demander si on était intéressés de redéposer un projet du genre en collaboration avec eux à la Ville, a indiqué de son côté la coordonnatrice de La Récolte des Générations, Julie Langlois. On s’est réunies, Maude, Élyse et moi, pour rédiger le projet qu’on a présenté à la Ville, qu’on a retravaillé ensemble pour trouver un terrain d’entente de financement avec la Ville pour une partie du projet.»

Portrait des femmes

Les trois femmes représentées sur les bacs sont impliquées de près ou de loin avec La Récolte des Générations. Elles ont été dessinées par le bédéiste Stéphane Lemardelé.

«On a interviewé les agricultrices, écrit le texte sur leur parcours de vie et ce qui fait qu’elles sont ici avec nous, a relaté Julie Langlois. On a statué sur qui on voulait mettre en valeur. Ce sont trois femmes agricultrices, à Dunham, qui ont soit leur ferme à eux, qui sont en couple ou en coopérative. Ce sont des femmes qui participent aussi avec la Récolte des Générations depuis longtemps.»

Projet

Les bacs ont été installés au mois de juillet. La Ville de Dunham a fourni la terre pour le projet.

«À la base, on voulait aller plus vers la recherche de dons pour les matériaux et seulement payer pour la main-d’œuvre, mais avec la situation de la COVID, on a choisi de ne pas aller vers les demandes de don et vraiment fonctionner avec des achats pour ce qui est matériaux», a expliqué Julie Langlois, qui est menuisière-ébéniste et qui est derrière la conception des bacs.

La pandémie a compliqué la communication avec les propriétaires des terrains sur la rue Principale. Les instigatrices y sont donc allées avec les endroits les plus simples.

«Cette année, on est allées en fonction des maraîchères qui nous donnent des dons, a ajouté Mme Langlois. Les installations, à cause de la COVID, on s’est ramassées à les faire assez tard. On est allés avec les trucs qui allaient se transplanter le plus facilement possible et bien pousser pour la saison cette année. Chaque année, ça pourra être différent et offrir des trucs qui vont se cultiver, se récolter et se manger facilement aussi.»

Ce n’est qu’un début

Le maire de Dunham, Pierre Janecek, était présent lors du lancement du projet, mercredi dernier. Il a paru très satisfait de la première phase du projet et a avancé que ça continuera l’an prochain.

«Avec ça, on est fiers, a-t-il déclaré. Quand on commence quelque chose, on n’est jamais sûr de rien, ça a fonctionné, on continue!»

Julie Langlois a de son côté indiqué que La Récolte des Générations s’est déjà entendue avec un autre propriétaire pour un bac. Elle a aussi montré son intérêt à ce qu’il y en ait également du côté est de la rue Principale.

Partager cet article

Leave a Reply

avatar
  Subscribe  
Me notifier des