La symbiose industrielle plus populaire que jamais dans Brome-Missisquoi

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
La symbiose industrielle plus populaire que jamais dans Brome-Missisquoi
e CLD de Brome-Missisquoi accueille cet automne quatre stagiaires de l’Université de Sherbrooke. Trois étudiantes à la maîtrise en gestion de l’environnement et une étudiante au baccalauréat en écologie viennent donc compléter l’équipe de trois employées créée en avril 2020. Evelyne Lussier participera au développement du projet de la Symbiose Brome-Missisquoi en collaboration avec Marie-Pier Lussier, conseillère en économie circulaire. Clara Meriel et Jade Lacoursière, supervisées par Valérie Nantais-Martin, conseillère en gestion des matières résiduelles, travailleront à la sensibilisation du public et à la mise en place de mesures en gestion des matières résiduelles. Et finalement, Chloé Rémy participera au développement des communications pour le service de gestion environnementale, sous la supervision d’Oriana Familiar, coordonnatrice du service de gestion environnementale et conseillère en développement durable. (Photo : Gracieuseté)

VALORISATION. Le programme de symbiose industrielle, porté par le Centre local de développement de Brome-Missisquoi (CLD) et la Table des entreprises en développement durable (TEDD), connaît une croissance exponentielle.

De 2014 à 2019, ce programme novateur a Symbiose Brome-Missisquoi a favorisé la réalisation de 900 échanges ou synergies interentreprises de matière, d’expertise ou de service.

Les entreprises participantes se sont échangées au-delà de 8700 tonnes métriques de matières durant cette même période. Cette initiative a entraîné des gains économiques de 1,7 M$ tout en contribuant à réduire les émissions de gaz carbonique.

«Les échanges ont permis d’éviter la production de 10 600 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 2250 autos retirées de la route», signale Marie-Pier Lussier, conseillère en économie circulaire au CLD de Brome-Missisquoi, par voie de communiqué.

Cette dernière ajoute que la participation aux synergies permet aux entreprises d’accroître leur compétitivité, leur résilience et leur attractivité. «L’augmentation des échanges sur le territoire stimule l’innovation et crée un réseau territorial collaboratif», précise-t-elle.

Avantages en période de pandémie

Les responsables du programme de symbiose industrielle laissent par ailleurs entendre que cette formule a notamment aidé à réduire les instabilités du marché au début de la pandémie de COVID-19. Les licenciements et la sous-utilisation des équipements provoqués par le ralentissement des activités économiques ont notamment favorisé le partage des ressources entre les entreprises participantes.

«À titre d’exemple, des distilleries et microbrasseries locales ont transformé des matières fermentables issues du secteur bioalimentaire en alcool nécessaire à la production de gel désinfectant. D’autres entreprises ont comblé les besoins d’emballage pour la distribution du gel. Cette réponse rapide aux besoins locaux témoigne de la résilience créée par la communauté synergique et confirme un avenir de collaboration pour les entreprises de Brome-Missisquoi.

 

SECTEURS D’ACTIVITÉ

. Industriel

. Commercial

. Institutionnel

. Agricole

. Communautaire

. Municipal

 

MATIÈRES ÉCHANGÉES

. Verre

. Métal

. Textile

. Plastique

. Bois et dérivés

. Fibres (papiers/carton)

. Matières organiques

. Produits chimiques

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments