Bruce Edward Gendron, un détenu à Cowansville est décédé

Photo de Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Par Stéphane Lévesque | Initiative de journalisme local
Bruce Edward Gendron, un détenu à Cowansville est décédé
Bruce Edward Gendron (Photo : BANQ)

FAITS DIVERS. Le 20 novembre 2020, Edward Bruce Gendron, un détenu de l’Établissement de Cowansville, est décédé. Au moment de sa mort, il purgeait, depuis le 6 avril 1979, une peine d’une durée indéterminée pour meurtre.

Au départ, le Montréalais avait été reconnu coupable de meurtre premier degré de Daniel Roy après huit heures de délibé­ration d’un jury présidé par le juge Claude Bisson, de la Cour supérieure.

En compagnie de Guy Laplante, 23 ans, Gendron avait causé la mort de Roy au terme d’une violente dispute en mars 1979 dans un appartement de la rue de L’Épée, dans le nord de Montréal. Les journaux de l’époque rapportent que le visage méconnaissable de Daniel Roy ainsi que sa tête avaient été frappés à coups de cric à plusieurs reprises.

Faisant suite à un appel anonyme, c’est en moins de 24 heu­res que les policiers de la Communauté urbaine de Montréal avaient réussi à arrêter Edward Bruce Gendron et son complice.

En février 1982, les juges Montgomery, Beauregard et Jacques, de la Cour d’appel, ramènent son verdict de meurtre au premier degré à celui de meurtre au deuxième degré.

Notons, comme c’est toujours le cas lors du décès d’un détenu, le Service correctionnel du Canada (SCC) examinera les circonstances de l’incident. La politique du SCC exige que la police et le coroner soient avisés.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
René
René
4 mois plus tôt

Pour un meurtre au 2 ième degré, 38 ans plus tard…quelle sentence avait-il eu ?