La MRC s’attaque au bruit des motos à Frelighsburg

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
La MRC s’attaque au bruit des motos à Frelighsburg
Le lieutenant Éric Santin, directeur du poste de la SQ de Brome-Missisquoi, le directeur général de Frelighsburg, Sergey Golikov, le maire d’Abercorn, Guy Gravel, le conseiller municipal de Frelighsburg, Bob Lussier, le maire de Frelighsburg, Jean Lévesque, la préfète suppléante de la MRC de Brome-Missisquoi, Sylvie Dionne-Raymond, la mairesse de Cowansville, Sylvie Beauregard, et le directeur général de la MRC de Brome-Missisquoi, Robert Desmarais (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

SÉCURITÉ PUBLIQUE. La ­MRC de ­Brome-Missisquoi lance une charge contre le bruit des motos à ­Frelighsburg. Le comité de sécurité publique de la ­MRC en a fait l’une de ses priorités pour cette été et lance une campagne de sensibilisation. D’ailleurs, la ­Sûreté du ­Québec a mené une opération en ce sens samedi dernier.

« ­On fait des opérations en sécurité routière qui vont toucher deux volets principalement, ici, aujourd’hui, à ­Frelighsburg, soit la vitesse et la conformité des silencieux, a expliqué le directeur du poste de la ­Sûreté du ­Québec de ­Brome-Missisquoi, Éric ­Santin, en conférence de presse, samedi. Ce qu’on tient à rappeler aux propriétaires de véhicules, c’est que le ­Code de sécurité routière prévoit que tout véhicule doit avoir un silencieux conforme aux normes et qui interdit d’en modifier en partie ou complètement l’efficacité de ce ­silencieux-là. »

La situation était devenue problématique dans le petit village d’un peu moins de 1200 âmes à la frontière du ­Vermont. Le conseiller municipal du district 2 de ­Frelighsburg, ­Bob ­Lussier, et ses voisins en ont eu assez.

« ­Il y a des pancartes qui ont été installées avec une moto et des écouteurs il y a dix ans, mais depuis ce ­temps-là, les gens chialent et il ne se faisait rien, ­indique-t-il. Je représente le district 2 dans le coin du chemin de ­Richford au ­sud-est de la municipalité. Des voisins en avaient assez et on a décidé de faire une pétition cet automne, au mois de novembre, décembre. »

La pétition a été plutôt populaire. Deux cents signatures ont été amassées en quelques jours.

« ­Les gens signaient avec enthousiasme, poursuit M. Lussier. On a déposé ça à la ­Municipalité, elle l’a appuyée, tous les conseillers ont voté pour. On a transmis ça à la ­MRC et leur accueil était vraiment bon. En une semaine, j’ai assisté à une réunion du comité de sécurité. Ça a fait bouger les choses. »

« ­On n’est pas contre les motos ou les touristes qui viennent, c’est sûr, ­ajoute-t-il. On veut juste que ça se fasse dans le cadre des lois. »

Opération

Les policiers de la ­SQ ont été à ­Frelighsburg de 10 h à 15h, samedi, en effectuant de la surveillance près de l’intersection entre la rue ­Principale et le chemin du ­Verger-Modèle et sur le chemin de ­Richford.

En tout, ce sont 90 motocyclistes et 80 cyclistes qui ont été approchés par les policiers pour faire de la sensibilisation.

La ­SQ a émis 24 constats d’infraction à des conducteurs de véhicules en lien avec des systèmes d’échappement non conformes, dont 22 pour des motos, deux constats pour excès de vitesse et un constat pour avoir circulé sur la voie avec un véhicule muni de pneus à crampons, après la période permise. Un cycliste a également reçu un constat d’infraction pour ne pas avoir circulé sur l’extrême droite de la chaussée.

« ­On parle à peu près de 315 $ avec les frais pour un système d’échappement non conforme, a indiqué le lieutenant ­Santin. On tient aussi à rappeler l’importance de respecter les limites de vitesse. Ça demeure l’un des facteurs les plus contributifs aux accidents de la route. On demande aux citoyens d’être courtois sur le partage de la route, de respecter le ­Code de la sécurité routière pour qu’on puisse tous passer une belle année, en sécurité, sur nos chemins de la ­MRC de ­Brome-Missisquoi. »

Comité de sécurité publique

Pour pouvoir rejoindre le plus grand nombre de citoyens et de touristes possibles, la ­MRC a décidé de créer un ­sous-comité de communications à son comité de sécurité publique.

« ­Notre équipe dans ­Brome-Missisquoi de la ­Sûreté du ­Québec a été très innovante en disant qu’il fallait développer les communications avec la communauté, il faut améliorer nos relations en expliquant les interventions qu’on fait, en étant davantage à l’écoute des besoins de la population, relate le directeur général de la ­MRC de ­Brome-Missisquoi, ­Robert ­Desmarais. Pour ça, la ­Sûreté du ­Québec de ­Brome-Missisquoi a recommandé de former un comité des communications entre les maires du ­Comité de sécurité publique et les policiers de la ­MRC de ­Brome-Missisquoi. »

C’est la mairesse de ­Cowansville, ­Sylvie ­Beauregard, qui préside ce comité.

« ­Ce ­comité-là s’est trouvé des moyens, des outils, des stratégies pour communiquer à nos populations et à nos visiteurs les mesures sécuritaires, ­explique-t-elle. On voulait sortir du cadre régulier et de l’ordinaire. On ne veut pas cibler personne en particulier sur comment ils fonctionnent, mais plutôt de sensibiliser la population, nos citoyens et nos visiteurs, aux mesures de sécurité. »

« ­Brome-Missisquoi, c’est un grand terrain de jeu, ajoute ­Mme ­Beauregard. Plein de gens de l’extérieur veulent venir s’amuser chez nous, mais ils arrivent parfois avec des véhicules qui enlèvent un peu de quiétude à notre population. Il faut faire bon ménage dans tout ça. L’objectif du comité, c’est de sensibiliser les gens à respecter un climat de quiétude. »

En plus des silencieux, non seulement des motos, mais également des autres véhicules routiers, la ­MRC a ciblé deux autres enjeux pour cet été, dont le partage de la route.

« ­Le paysage a changé depuis un mois et demi avec le beau temps, les motos, les vélos sont sortis, fait remarquer ­Mme ­Beauregard. Il faut vraiment sensibiliser les gens à redevenir vigilants à cause qu’il y a des vélos. Je pense qu’on peut bien partager la route. La responsabilité, elle est commune, autant pour les automobilistes, les cyclistes, les motocyclistes. Si on fait chacun notre bout de chemin, je pense qu’on peut arriver à partager les magnifiques routes de ­Brome-Missisquoi. »

Le comité de sécurité publique veut également sensibiliser la population envers les traverses de piétons.

« ­Des fois, on s’engage à traverser la rue, on ne prend pas le temps de s’arrêter, de signifier aux automobilistes qu’on veut traverser, indique la présidente du comité de communications. Les automobilistes sont pressés. »

« C’est que je veux dire quand même, c’est bienvenue aux visiteurs ! ­soutient-elle. Ça fait partie de notre économie, le développement touristique, chez nous. »

Pour pouvoir atteindre le plus de gens possible, le ­sous-comité utilisera les réseaux sociaux et les médias pour faire porter son message à l’extérieur des limites de ­Brome-Missisquoi.

« ­On veut utiliser les réseaux sociaux, s’assurer que les gens partagent et que ça soit diffusé autant dans ­Brome-Missisquoi qu’à l’extérieur, affirme ­Mme ­Beauregard. Dans nos réseaux, on a des gens de partout. Il faut y aller avec des associations de cyclistes ou des associations de motos aussi pour qu’ils diffusent l’information. On veut arriver cette année avec des outils, des vidéos. On veut faire des actions plus précises, mais toujours dans le but de sensibiliser et non de mettre le doigt sur des fautes comme tel. »

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments