L’Estrie aux prises avec 28 éclosions et 256 cas actifs de COVID-19

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
L’Estrie aux prises avec 28 éclosions et 256 cas actifs de COVID-19
Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie. (Photo : Tirée de Facebook)

SANTÉ. La Direction de la santé publique de l’Estrie fait état de 18 nouveaux cas de COVID-19 et de trois décès au cours des 24 dernières heures. Neuf personnes sont présentement hospitalisées dans un lit de courte durée alors qu’une personne se trouve aux soins intensifs.

Les plus récentes compilations font état de 117 nouveaux cas d’infection entre le mardi 28 septembre et le vendredi 1er octobre, et de 114 cas additionnels depuis le vendredi 1er octobre.

Le RLS Haute-Yamaska-Bromont (73) et le RLS de Sherbrooke (72) comptent le plus grand nombre de cas actifs, mais le RLS Des Sources suit pas très loin derrière avec 46 cas. Le RLS de la Pommeraie (Brome-Missisquoi) s’en tire relativement bien avec 16 cas actifs sur un total de 256 en Estrie.

«La situation est particulièrement préoccupante dans le RLS Des Sources où on a enregistré 74 nouveaux cas depuis le 19 septembre dernier et des éclosions dans cinq écoles primaires pour un total de 49 enfants-parents. On y retrouve 309 cas par 100 000 habitants, soit le taux le plus élevé au Québec», indique le directeur de la Santé publique de l’Estrie, Dr Alain Poirier.

Ce dernier refuse d’établir un lien direct entre le nombre de cas et le taux de vaccination d’un territoire donné par souci de confidentialité. Il reconnaît cependant que la couverture vaccinale dans le RLS Des Sources est plus faible que dans le reste de l’Estrie (77,7 % vs 85,8 % ayant reçu une dose / 74,4 % vs 82,7 % ayant reçu deux doses).

On dénombre actuellement 28 éclosions au sein de la communauté estrienne.

«Depuis le début de la quatrième vague de COVID-19, les éclosions sont principalement concentrées dans les écoles primaires du RLS de Sherbrooke, le RSL Haute-Yamaska-Bromont et le RLS Des Sources. Il y a bien eu des cas isolés dans les écoles secondaires et les milieux de travail, mais ceux-ci n’entraînent généralement pas d’éclosion à ce jour», précise Dr Mélissa Généreux, médecin-conseil à la Direction de la santé publique de l’Estrie.

Dr Poirier ajoute qu’il y a également «beaucoup de petits virus» qui circulent dans les établissements scolaires et les services de garde, où la clientèle de onze ans et moins n’a toujours pas été vaccinée contre la COVID-19.

Le directeur régional de la Santé publique ajoute que les vaccins actuellement disponibles «fonctionnent encore très bien contre la souche Delta», qui compte maintenant pour 63 % des cas.

Dr Poirier signale par ailleurs une baisse graduelle du respect des mesures sanitaires alors qu’une portion importante de la population admet avoir omis de respecter certaines consignes (port du masque, distanciation physique, nombre maximal de personnes pour les attroupements intérieurs, etc.).

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments