Pleins Rayons fait un bilan de son autobus d’entraide agricole

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Pleins Rayons fait un bilan de son autobus d’entraide agricole
L'autobus d'entraide agricole de Plein Rayons est, entre autres, passé aux Potagers des Nues Mains à Sutton. (Photo : (Photo: Gracieuseté/Mikaël Theimer))

AGRICULTURE. L’organisme cowansvillois Pleins Rayons a lancé cet été un autobus d’entraide agricole. De jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle ou atteints d’un trouble du spectre de l’autisme ont parcouru la région pour venir en aide aux agriculteurs qui en avaient plein les bras en raison de la pénurie de main-d’œuvre.

En tout, de juillet à octobre, c’est une vingtaine d’agriculteurs de Cowansville, Dunham, Sutton, East Farnham, Bromont, Farnham, Ange-Gardien et Lac-Brome qui ont pu bénéficier de l’aide des jeunes de Pleins Rayons. Environ 45 jeunes ont pris part au projet.

« On a dix jeunes, chaque jour, qui sont allés avec deux éducateurs dans différents milieux agricoles de la région, a expliqué la directrice de l’administration chez Pleins Rayons, Myriam de Coussergues. Après ça, quand le groupe arrive sur place, l’agriculteur donne ses conseils à l’éducateur et l’agriculteur peut partir aller faire ses autres occupations. Notre groupe s’assure ensuite que les tâches sont faites et bien faites. »

Dans le cadre de ce projet, financé via une collecte de fonds l’hiver dernier auprès de fondations et d’entreprises de la région, les jeunes ont pu effectuer différentes tâches sur le terrain.

« On a planté, épluché, préparé les paquets pour qu’ils soient vendus, on a fait le bouturage des framboises, on a travaillé dans des érablières, a donné en exemple Mme de Coussergues. Le but pour nous, c’est de faire la promotion de l’inclusion sociale et de l’embauche inclusive. »

PÉNURIE

Pour les agriculteurs, cette aide a été particulièrement bénéfique pour pallier le manque de main-d’œuvre, mais également du point de vue personnel.

« Les agriculteurs restaient avec nous pendant qu’ils faisaient le travail parce qu’ils trouvaient qu’il y avait une chaleur humaine qui se dégageait de cette expérience-là, a relaté Mme de Coussergues. Il y a beaucoup d’agriculteurs et de maraîchers qui nous ont dit que si on n’avait pas été là pour les aider, ils auraient eu une perte. Les légumes seraient restés dans les champs parce qu’ils n’avaient pas les ressources humaines pour tout aller cueillir avant les premiers gels ou les grandes chaleurs. »

Cette expérience a également permis le placement à l’emploi de quelques jeunes qui ont pris part à cette brigade agricole.

« Le printemps prochain, on devrait avoir des embauches dans différentes entreprises de la région pour des jeunes. On en a déjà deux qui avaient été placés à l’embauche. Pour les agriculteurs, c’est clé en main. C’est de la future main-d’œuvre qu’ils n’ont pas besoin de former parce que, nous, on est sur place et c’est juste quand ils ont besoin d’aide. »

FUTUR

Si le projet s’est conclu en octobre, il reviendra assurément l’an prochain.

Pleins Rayons souhaite rejoindre une quarantaine d’agriculteurs de la région en 2022, et ce, dès le mois d’avril. Ils sont d’ailleurs invités à contacter l’organisme pour obtenir plus de détails.

« C’est quelque chose qu’on va développer au niveau régional dans les prochaines années, a affirmé Myriam de Coussergues. On va faire de la consultation. Le but, c’est d’aller rejoindre en cinq ans 90 agriculteurs de la région et peut-être un autre 90 agriculteurs dans le Québec. »

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments