20e anniversaire du Phare source d’entraide: Casser les tabous de la santé mentale

20e anniversaire du Phare source d’entraide: Casser les tabous de la santé mentale

Le Phare source d’entraide a fêté son 20e anniversaire.

Crédit photo : Gracieuseté

COMMUNAUTÉ. Le Phare source d’entraide, un organisme qui offre un milieu d’accueil pour des personnes atteintes de problématiques en santé mentale, a célébré son 20e anniversaire, mais deux défis demeurent: faire tomber les préjugés et continuer à se faire connaître.

«On fait des rencontres de groupe et tout est basé sur l’entraide, a expliqué la co-coordonnatrice du Phare, Camille Béland. Le but, c’est de favoriser que les gens partagent entre eux leur vécu, leurs forces, leurs trucs, se donner de l’espoir.»

«C’est important de savoir qu’on n’est pas seul non plus, a pour sa part souligné le membre du Phare, Antoine Deslandes. Il y a eu une période où ce n’était vraiment pas facile. Je consommais beaucoup de drogue et d’alcool et j’ai vécu une séparation. Ça a été un choc pour moi, je ne sortais plus de chez moi sauf pour m’acheter de la bière. J’ai été pris en charge par le réseau de santé et la travailleuse sociale m’a parlé du Phare. À la fin de la rencontre, je m’étais fait un ami. Moi, qui avais tellement la chienne d’être dans un groupe, c’était quelque chose. On se sent bien, ils sont à l’écoute, ils ne jugent pas.»

Les préjugés envers les personnes atteintes de problèmes en santé mentale demeurent.

«Ces préjugés-là, on les porte nous-mêmes, explique le membre du conseil d’administration, Peter Belland. Moi, je suis atteint de dépression. Avant, je ne voulais pas en parler parce que je sentais que les gens allaient me juger. Au Phare, on a appris à les abolir.»

Travailler en communauté permet non seulement de briser l’isolement, mais également de se revaloriser par la prise de responsabilité.

«Être délégué et se faire donner des responsabilités, ça augmente notre estime de soi, a affirmé M. Belland. Cette confiance qu’on me fait, ça me revalorise.»

«C’est quelque chose qui va vraiment éveiller les personnes au niveau de leur cheminement de prendre des responsabilités, être utile, que quelqu’un leur faire confiance», a ajouté Camille Béland.

Programmation

Le Phare en a également profité pour présenter sa programmation d’automne.

Il offrira des ateliers d’autogestion de l’anxiété, qui s’adressent à toute personne, de 16 ans et plus, qui désirent «adopter de bonnes stratégies pour retrouver et maintenir une qualité de vie ainsi qu’une bonne santé mentale et dont l’anxiété nuit à son fonctionnement». La date limite d’inscription est le 25 septembre.

Des ateliers de poterie seront par ailleurs offerts aux membres.

«Nous poursuivons également le groupe d’achat, le groupe vivre avec les voix, les cafés-rencontres et les repas communautaires», a-t-on expliqué.

 

@BV: