Benoit Legault souhaite inspirer Brome-Missisquoi

Benoit Legault souhaite inspirer Brome-Missisquoi
Benoit Legault

Après avoir mené une carrière florissante en câblodistribution, Benoit Legault souhaite insuffler un vent nouveau sur Brome-Missisquoi. Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ), profondément déçu par le gouvernement libéral, a confiance en ses moyens et est loin de concéder la victoire au député actuel, Pierre Paradis.

Âgé de 47 ans, ce Granbyen – qui n’a aucun lien de parenté avec son chef, François Legault – compte 17 ans d’expérience en conseil technique, en marketing et en gestion d’entreprises dans les domaines de l’informatique et des télécommunications. Il a notamment travaillé dix ans aux États-Unis, pour des entreprises telles Motorola, ADC, Broadband Access Systems et Ciena Corporation.

Semi-retraité depuis trois ans, M. Legault s’implique à l’école St-André comme éducateur au service de garde et préposé aux élèves ayant un handicap. C’est maintenant comme député qu’il souhaite contribuer à un Québec plus prospère.

«Les récents discours de Jean Charest m’ont convaincu peu à peu de faire le saut en politique. J’en ai assez de la corruption qui règne dans notre système actuel. Et lorsque François Bonnardel (député de Granby) m’a approché afin de tenter ma chance dans Brome-Missisquoi, j’ai répondu avec enthousiasme», dit-il.

M. Legault, qui ne se reconnaît pas dans le Parti libéral, ne partage pas non plus d’atomes crochus avec le Parti québécois.

«Ça manque d’unité. Et la souveraineté ne doit pas être l’enjeu majeur. Il faut passer à autre chose et être réaliste. La CAQ rejoint davantage mes valeurs, avec un programme qui s’attarde notamment à l’éducation, la santé et l’économie. Et notre parti est formé de gens qui ont les mains libres, en plus de faire preuve de réalisme», résume-t-il.

Quant aux thèmes locaux, Benoit Legault se donne du temps afin d’étudier davantage les thèmes à prioriser. Le candidat de la CAQ souligne qu’il comprend également très bien les attentes et priorités de la communauté anglophone.

«Lorsque je vois par exemple le dynamisme du Techno-Parc de Bromont, j’ai bon espoir au potentiel de notre région. Il faut stimuler les forces et les expertises déjà en place», dit-il.

Sans critiquer directement son adversaire libéral, Pierre Paradis, M. Legault soutient qu’un peu de renouveau ne ferait pas de tort à l’Assemblée nationale.

«Je suis prêt à représenter Brome-Missisquoi. On me dit passionné et quand j’embarque dans un projet, ce n’est pas à moitié», conclut-il.

 

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments