Bromont dévoile la mise à jour de son plan de développement durable

Photo de Xavier Demers
Par Xavier Demers
Bromont dévoile la mise à jour de son plan de développement durable
La coordonnatrice en urbanisme et en urbanisme à la Ville de Bromont, Maria Hernandez, la conseillère municipale du district Lac Bromont, Claire Mailhot, la coordonnatrice des communications, Amélie Casaubon, le maire Louis Villeneuve, l’ancienne mairesse Pauline Quinlan et l’ancien directeur de l’urbanisme, Jean-François Vachon (Photo : Le Guide - Xavier Demers)

PLAN DE MATCH. La Ville de Bromont a annoncé 30 nouveaux engagements dans la mise à jour 2020-2025 de son plan de développement durable.

À l’instar du plan amorcé en 2012, la Ville a séparé ses mesures en cinq volets distincts, axés sur l’économie, l’aménagement du territoire, la gestion de l’eau, la communauté et l’environnement. Chacun des volets comporte six actions distinctes que la Ville compte réaliser d’ici cinq ans.

«On est partis du plan initial, mais on savait que tous les cinq ans, on devait faire une mise à jour de ce plan-là, a affirmé le maire de Bromont, Louis Villeneuve. En 2017, je pense, on a commencé à travailler là-dessus. Dès mon arrivée en poste, ça faisait partie des objectifs. Ça s’est surtout intensifié dans la dernière année. Il y a encore beaucoup de gens qui ont participé à ça, pas uniquement de la Ville, il y avait un comité, dont [la conseillère municipale du district Lac Bromont, Claire] Mailhot faisait partie.»

Économie

Dans le premier volet, intitulé Bâtir ensemble une économie responsable, la Ville souhaite mettre en œuvre sa Politique de bureau responsable, développer une branche locale de symbiose industrielle dans le Parc scientifique, s’atteler à la fluidité de la circulation, adopter une politique de participation publique, mettre sur pied des activités pour favoriser l’achat local et encourager le zéro déchet.

«Pour la symbiose industrielle, il y a une table qui existe déjà, est-ce qu’on en fera une pour Bromont? C’est ce qu’on pourra évaluer, a indiqué Claire Mailhot. Il n’y a pas si longtemps, j’étais vraiment impressionnée, qu’il y avait dix entreprises qui travaillaient en symbiose. Ce qu’on signifie par ça, c’est que les déchets de l’un deviennent la matière première d’une autre. On est rendus à 15 dans le parc industriel et autant sur l’ensemble du territoire de Bromont.»

Aménagement du territoire

Pour le volet Développer le territoire de manière durable, Bromont veut créer un plan de mise en valeur de l’agriculture, atteindre le 20 % de territoire protégé, s’attaquer aux espèces végétales exotiques envahissantes, favoriser la construction de maisons écologiques, mettre en valeur le patrimoine bâti et continuer de valoriser la culture.

«À cet effet, [pour le plan stratégique de mise en valeur de l’agriculture], le 11 septembre, on a déposé un beau projet pour la mise en valeur de l’agriculture, mais surtout pour le volet bioalimentaire, c’est-à-dire de rapprocher le producteur du consommateur en passant par les transformateurs, les restaurateurs et tous les gens qui vendent les produits, a mentionné Mme Mailhot. Ce qu’on veut faire, c’est une belle chaîne de valeur et, aussi, regarder ce qui est après, c’est-à-dire réduire le gaspillage alimentaire.»

Gestion de l’eau

Six points sont attitrés au volet Gérer notre eau de manière intégrée et responsable. La Ville désire donner l’exemple dans ses travaux publics, adopter un protocole d’aménagement et d’entretien des sentiers pour limiter l’érosion, poursuivre la mise en œuvre du plan de conservation du lac Bromont et faire la même chose pour le lac Gale, s’attaquer aux pesticides, éviter le gaspillage d’eau et continuer de vérifier la gestion des eaux parasitaires.

«[Le point sur le plan directeur du lac Bromont], c’est vraiment le cœur de cette orientation-là, a souligné Mme Mailhot. C’est une grande fierté, l’opération Phoslock. On avait bien des doutes au début, on ne savait pas trop, mais les résultats sont au-delà de nos attentes. Pour les nouvelles algues dans le lac, ce sont de bonnes algues qui se retrouvent seulement dans les lacs en santé.»

Communauté

Du côté du volet Créer une communauté enrichissante et accueillante pour les visiteurs, Bromont veut augmenter l’accessibilité des bâtiments municipaux, adopter une politique d’habitation accessible et intergénérationnelle, créer une table de concertation communautaire, ne pas oublier les adolescents, faciliter l’accès au lac et évaluer les endroits pour une éventuelle nouvelle école.

Environnement

Le dernier volet s’intitule Utiliser efficacement nos ressources et diminuer les gaz à effet de serre. Le premier point est déjà en branle avec l’aménagement d’un axe de transport actif sur le pont de la route 241 et sur le boulevard de Bromont. La Ville veut également instaurer des fontaines d’eau publiques, installer trois nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques par année, pérenniser un stationnement collectif en lien avec la liaison d’autobus Sherbrooke-Montréal, continuer la tenue d’une journée de l’environnement et bonifier l’offre de transport collectif.

D’ailleurs, un projet important dans le domaine du transport collectif est dans les cartons à Bromont. Des demandes de subventions ont été faites auprès du ministère des Transports du Québec (MTQ).

«Si on a l’argent, on va être capable d’aller de l’avant avec un projet qui va être tout à fait innovant. Bromont va pouvoir être très fier de ce projet-là si ça fonctionne et ça pourra même servir de projet-pilote pour d’autres régions», a indiqué le maire Villeneuve tout en soulignant qu’il ne pouvait pas en dire plus pour le moment.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments