Cowansville voit disparaître l’un de ses grands bénévoles

Photo de Ghyslain Forcier
Par Ghyslain Forcier
Cowansville voit disparaître l’un de ses grands bénévoles
Voilà à peine cinq jours, Denis Grégoire était toujours à l'œuvre pour la guignolée de Cowansville. Il s'est éteint doucement dans la nuit de jeudi à vendredi. (Photo : gracieuseté Sylvain Giroux)

COMMUNAUTÉ. La guignolée de Cowansville ne sera plus jamais la même. L’un de ses piliers, Denis Grégoire, s’est éteint dans la nuit de jeudi à vendredi.   

Celui dont la générosité n’avait pas de limite est décédé chez lui, paisiblement, entouré des siens. Il venait d’avoir 77 ans.

M. Grégoire, arrivé à Cowansville en 1944, était membre des Chevaliers de Colomb depuis 1983. Il avait été fait Grand chancelier trois ans plus tard, un titre qu’il a depuis conservé.

Il laisse dans la tristesse son épouse Madeleine, avec qui il a vu grandir cinq enfants, douze petits-enfants et six arrières petits-enfants.

Sa petite-fille Sadrina Roussy était particulièrement proche de lui. «Sa perte cause un vide immense. On s’appelait chaque jour, c’était notre routine. Il a toujours été d’un support incroyable», raconte-t-elle au Journal Le Guide, saisie par l’émotion.

Les centaines de boîtes de denrées amassées étaient non seulement redistribuées à Cowansville, mais aussi dans les communautés environnantes. «Son nom résonnait partout et pour plein de causes. Il trouvait toujours une façon d’aider. Il disait que le non n’existait pas», se remémore Sadrina Roussy.

Même atteint par la maladie, il était au poste, il y a quelques jours à peine, pour la récolte des denrées. Comme depuis les 34 dernières années. «Il refusait la canne ou le fauteuil roulant. Il aura été debout jusqu’à la fin», témoigne sa petite-fille.

La guignolée chapeautée par les Chevaliers de Colomb de Cowansville va perdurer, soutenue par des dizaines et des dizaines de bénévoles. Sadrina prendra la relève de son mentor pour cet événement annuel qui vient en aide à plusieurs centaines de foyers.

«Ce qui me manquera le plus, c’est quand Denis m’appelait pour me dire de ne pas oublier les dates importantes.»

Partager cet article