Folie électorale à Dunham

Par Josiane Noiseux
Folie électorale à Dunham

L'élection municipale du 3 novembre prochain suscite de l'intérêt à Dunham. Pas moins de quatre candidats vont se faire la lutte pour le poste de magistrat. Le maire sortant

Les spéculations au sujet des futurs candidats à la mairie de Dunham vont déjà bon train. Outre le maire actuel Jean-Guy Demers, pas moins de trois citoyens vont tenter leur chance en novembre prochain. Les conseillers Pierre Janecek et Marie-Claude Demers entrent à leur tour dans la valse électorale. À ce groupe s’ajoute le citoyen Léo Simoneau, un nouveau venu en politique.

Pierre Janecek songe à la mairie depuis quatre ans. D’ailleurs, le principal intéressé mène sa campagne électorale depuis janvier dernier. Chaque jour, il essaie de rencontrer des citoyens de Dunham pour promouvoir sa candidature. «Pour l’instant, ça va bien. Les gens m’appuient. Ils veulent voir du changement à la ville et moi, je souhaite retrouver l’harmonie au sein du conseil», explique-t-il.

Agriculteur, M. Janecek s’est impliqué comme administrateur à l’Union productrice agricole (UPA).

«Je suis habitué de travailler avec le monde. Lorsqu’on travaille à plusieurs, il faut considérer les idées de tout le monde et en faire un «melting pot». Il faut avoir un consensus pour avancer. Je suis capable de faire en sorte que tous aillent dans le même sens, même si les idées diffèrent», soutient M. Janecek. 

Selon le conseiller, le tourisme à Dunham n’est pas le seul moteur économique. «On parle beaucoup du tourisme parce que c’est bon pour les affaires, au village. Par contre, il ne faut pas oublier les citoyens, les contribuables. Il faut voir au bien-être de tout le monde», soutient-il.

L’intérêt démocratique 

La conseillère sortante Marie-Claude Demers posera aussi sa candidature à la mairie de Dunham. 

«Je souhaite rallier le monde. Il y a eu beaucoup de branle-bas depuis quelques années et maintenant, il faut aller de l’avant», explique Mme Demers.

Si le vote penche en sa faveur, Mme Demers compte passer une majeure partie de son temps à l’hôtel de ville pour assurer une disponibilité aux citoyens et au personnel de la municipalité. «Je n’ai pas l’intention de faire de promesses électorales. Selon le budget, c’est le conseil qui prend les décisions. C’est dangereux de faire des promesses. Les gens peuvent être déçus», ajoute cette dernière.  

Meilleure gestion

Léo Simoneau fait son entrée en politique municipale cette année. Établi à Dunham depuis quelques dizaines d’années, ce dernier souhaite améliorer la gestion au sein de la ville. 

«Je ne suis pas tellement connu, mais je veux amener des points afin d’en discuter. Je ne suis pas là pour gagner, mais pour apporter des aspects importants sur lesquels le conseil devra se pencher», soutient M. Simoneau.

Actif dans le dossier s’opposant au controversé dossier du Vignoble Du Ruisseau dans East Dunham, ce dernier croit fermement que la ville devra intégrer un mode de fonctionnement plus rigoureux en ce qui a trait à l’administration.

«Depuis quelque temps, à Dunham, c’est un réel zoo. Il faut éviter l’ingérence politique», estime-t-il.

Entres les mains des citoyens

Face à l’annonce de ces candidatures, le maire Jean-Guy Demers se dit ravi d’avoir de la concurrence.

«Je suis très heureux d’avoir de la compétition. Nous serons quatre en liste et les gens vont avoir le choix. En autant que ces gens (candidats) aient des visions et que chacun présente ses convictions. Moi, j’ai une vision à long terme, contrairement à certains qui pensent à plus court terme. Mais c’est la population qui va en juger», explique M. Demers.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments