Garage municipal: Lac-Brome joue de prudence

Le nombre élevé de signatures, lors de la tenue de registre sur le règlement d’emprunt d’environ 2,9 M $ pour la construction d’un garage municipal, force Ville de Lac-Brome à jouer de prudence. Tout en allant de l’avant avec le projet, la municipalité se donne un temps de réflexion afin d’éventuellement faire baisser la facture.

Vendredi dernier, 454 résidants ont signé le registre à l’hôtel de ville de Lac-Brome. Le nombre requis de signatures pour la tenue d’un scrutin référendaire était de 500 personnes.

Le garage municipal actuel situé sur le chemin Mont-Écho, qualifié de vétuste, serait détruit au profit d’une nouvelle bâtisse érigée sur le chemin Mill, à Bondville. Un mouvement de contestation a pris forme quelques jours auparavant, plusieurs citoyens se demandant pourquoi  la somme affectée au début du projet, soit 1,2 M $, n’a pas été respectée.

«C’est un message très fort de la population. Il n’y a quelque chose qui ne va pas avec le projet, selon plusieurs de nos citoyens. Pour ma part, je ne crois pas qu’une somme de 2,9 M$ soit acceptable», a annoncé le maire Gilles Decelles lors de l’assemblée municipale de lundi soir dernier.

Ville de Lac-Brome poursuivra tout de même le processus, ajoute M. Decelles, mais en mettant la pédale douce.

«Nous serons en mode exploration. Une séance de consultation aura lieu le 14 janvier prochain et on en profitera pour revoir les plans. Par la suite, on aura une idée plus juste des coûts réels de la construction d’un nouveau garage municipal. Mais je le répète, 2,9 M$ c’est beaucoup trop», a-t-il déclaré, précisant que la décision finale devrait être dévoilée en février prochain.

Scepticisme

Les citoyens qui ont par la suite pris la parole ont, dans l’ensemble, félicité le conseil de ville pour ce changement de cap. «C’est le gros bon sens», a lancé l’un d’entre eux.

Peter White, porte-parole de l’Association des contribuables de la Ville de Lac-Brome, a cependant été cinglant par moments, se questionnant sur le déroulement de la tenue de registre.

«Plusieurs résidants auraient aimé voter, mais c’était impossible pour eux le vendredi car ils sont à l’extérieur en semaine. Pourquoi ne pas avoir tenu ce registre sur deux jours ?», dit-il.

Le greffier Alain Roy a rétorqué que compte tenu du nombre d’habitants, un tel exercice doit être tenu en une seule journée. «Alors, faites ça le samedi», a répondu M. White, qui a vu son idée bien reçue par le maire Decelles.

M. White a également souligné que les mesures prises pour que les personnes handicapées puissent signer le registre étaient à ses yeux insuffisantes.

«Je ne suis pas certain que vos listes électorales sont à jour», a-t-il ajouté.

Dans une lettre adressée au Sherbrooke Record, M. White soulignait que la Ville a le devoir de bien expliquer le projet de construction d’un nouveau garage municipal. Il affirmait également que l’Association des contribuables de la Ville de Lac-Brome est ouverte à collaborer à une campagne d’information à ce sujet.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments