Grogne libérale dans Brome-Missisquoi

Par Dany Jacques
Grogne libérale dans Brome-Missisquoi
Guillaume Tétreault est le nouveau président de l’Association libérale fédérale de Brome-Missisquoi.  (Photo : Gracieuseté)

POLITIQUE. Denis Paradis a fait face à la grogne de l’Association libérale fédérale de son propre comté de Brome-Missisquoi, lors de l’assemblée générale annuelle de ce regroupement, le 24 août dernier.

Nouvellement élu, le président Guillaume Tétreault s’est tout de même rallié au choix du parti de conserver M. Paradis comme candidat au prochain scrutin au Canada. «On aurait aimé avoir notre mot à dire. On ne remet pas en cause son leadership, mais nous souhaitons travailler davantage en équipe, être plus consultés», résume-t-il.

M. Tétreault ne cache pas que son association aurait aimé présenter un candidat contre M. Paradis lors d’une course à l’investiture dans le comté. Les membres ont tout de même profité de cette tribune pour dire au Parti libéral que le groupe n’accepte pas de se faire imposer le choix de l’élite. «Le nouvel exécutif ne tardera pas à se mettre à pied d’œuvre afin de revamper l’organisation et donner un nouvel élan à ses activités», dit-il tout en promettant de travailler avec M. Paradis.

Dans un esprit de renouvellement, aux dires de M. Tétreault, l’association a élu quelques candidats de l’Équipe du renouveau (8 des 11 postes) sur l’exécutif du groupe, le 24 août dernier, dont M. Tétreault à la présidence et Anne-Marie Dumas à la vice-présidence.

Denis Paradis apprécie la collaboration offerte par la direction de son association. Cependant, il a bel et bien senti un malaise, voire une tentative de placer un candidat contre lui. «Je ne comprends pas. Je suis pourtant très présent. J’ai aussi rempli toutes les exigences du Parti libéral pour me présenter comme futur candidat dans Brome-Missisquoi», réplique-t-il.

M. Paradis dit également qu’il se sent très confortable à sa position, surtout que 800 des 1300 membres de l’Association libérale de Brome-Missisquoi viennent de lui, assure-t-il.

Partager cet article