La radio communautaire CIDI au bord du gouffre

La radio communautaire CIDI au bord du gouffre
Il n'a pas été possible pour le journal de rejoindre

MÉDIA. La radio communautaire de Missisquoi, CIDI 99,1 FM, est au bord du gouffre a appris Le Guide. Sans l’appui de la communauté, la radio risque d’être retirée des ondes.

«La faillite est proche. Si rien ne ressort de la rencontre et que personne ne se manifeste pour la relancer, c’est fort probable que la radio communautaire doive fermer», lance la coordonnatrice et conseillère en développement rural du CLD Brome-Missisquoi, Tania Szymanski.

Présent lors de l’entrée de la radio à la grandeur du territoire, le CLD Brome-Missisquoi organisera une rencontre d’information. Communautés anglophone et francophone sont attendues pour discuter de l’avenir de la radio.

À l’ordre de jour, un portrait financier de la situation et la mise en œuvre d’un plan de redressement. Expert de la radio communautaire, Ronald Martineau a suivi le dossier de près. Difficultés financières et problèmes de gouvernance expliquent la délicate situation dans laquelle se trouve l’entité radiophonique.

Le CIDI 99,1 FM est diffusé à la grandeur de la région depuis 2010. La radio pouvait alors compter sur un budget de 263 000$. En 2014, le budget a baissé du tiers. Les revenues étant de 175 000$. La perte de subventions explique cette baisse.

À ses débuts, elle recevait des subventions salariales d’Emploi Québec et ses revenus en publicité se chiffraient à 80 000$. En 2014, les annonceurs locaux se sont faits discrets.

«Les dépenses ont augmenté rapidement et les revenus n’ont pas suivi. Actuellement, on parle de beaucoup de dettes à court terme à un point tel que c’est très difficile à gérer», note Tania Szymanski.

Gouvernance

La radio communautaire pouvait compter sur une centaine de bénévoles. Au début, il y avait deux animateurs salariés. Dans ses plus belles heures, il y en avait quatre. À l’heure actuelle, aucun n’est à l’antenne.

Le navire est conduit par des bénévoles. Lors de la dernière rencontre qui en a rassemblé une trentaine, il y a eu discordance au sein du groupe.  

«Il y a des centaines de personnes, ce n’est pas qu’une personne qui prend des décisions. Le processus est long. Il y a eu des décisions qui ont été prises et qui n’étaient pas stratégiques», avance Mme Szymanski

L’implication de la communauté est essentielle pour l’avenir de cette radio bilingue qui diffuse des informations locales et régionales. «Concrètement, à la rencontre, je veux voir la volonté du milieu et j’espère que les gens vont s’impliquer dans le conseil d’administration. Les personnes doivent être prêtes à s’investir», conclut Tania Szymanski.

Pour l’heure, les chansons s’enchainent sur les ondes du 99,1 FM.

Il n’a pas été possible pour le journal de rejoindre, Dewey Durrell, impliqué dans la radio depuis ses débuts.

L’avenir de la radio discuté

Quand?

27 juillet, à 19h

Où?

749, rue Principale, Cowansville

Pour confirmer sa présence

tszymanski@cldbm.qc.ca ou 450-266-4928 poste 281.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments