Le don de sang: une nécessité pour Alexis Dover Martin

Par Josiane Noiseux
Le don de sang: une nécessité pour Alexis Dover Martin
Malgré le cancer qui l’afflige

C’est à la veille du jour de l’An, en décembre dernier, qu’Alexis Dover Martin apprend une nouvelle qui s’apprête à perturber les prochains mois de sa vie. Les médecins du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) lui annoncent qu’il souffre de leucémie. Depuis le début de son combat contre le cancer, le jeune homme de 19 ans témoigne de l’importance de donner du sang.

Le verdict «coup de poing» force ainsi Alexis Dover Martin à mettre fin à sa saison de hockey collégial et à suspendre sa session au Cégep de Ste-Foy à Québec. De retour au bercail, il vit cette difficile épreuve auprès de ses parents.

«Ça faisait trois mois que je ne me sentais pas super bien. Je croyais que j’avais quelque chose qui ressemblait à une mononucléose, car j’étais tout de même capable de fonctionner normalement. J’étais seulement très fatigué.»

Pour connaître les raisons qui entraînaient cet important épuisement physique, l’étudiant consulte son médecin de famille à Cowansville le 30 décembre dernier. Le professionnel de la santé lui suggère alors de passer quelques analyses sanguines.

Les résultats ne tardent pas à arriver. Le même jour, le jeune adulte apprend que son taux de globules rouges est très bas. Conséquence? Une anémie sévère.

«Normalement, le taux de globule rouge d’une personne en santé varie entre 150 000 et 400 000. Moi, j’étais à 6 000», explique-t-il. 

Sans plus attendre, l’étudiant prend immédiatement la direction du CHUS par ambulance. À son arrivée à l’établissement de santé, un spécialiste lui confirme que ces symptômes sont reliés à la leucémie. Le lendemain, on lui confirme qu’il souffre de la leucémie aiguë lymphoblastique. Une maladie qui affecte la moelle osseuse et le système immunitaire.

Pénurie de sang

Quatre jours plus tard, le Cowansvillois reçoit ses premiers traitements de chimiothérapies. Selon les protocoles, la procédure médicale s’étalera jusqu’en septembre 2013.

«Dès mon arrivée, j’ai reçu plusieurs unités de produits sanguins. Au début, mon système immunitaire était tellement faible que mon corps ne gardait rien», souligne le jeune homme.

À deux reprises, une pénurie d’unités sanguines est survenue au CHUS. Durant de longues heures, Alexis Dover Martin n’a pu bénéficier de transfusions. Heureusement, la rareté de produits sanguins n’a pas eu d’effets désastreux, mais a tout de même créé un beaucoup d’inquiétude chez le jeune homme.

«Nous attendions du sang qui allait arriver par autobus. Le personnel du centre hospitalier a agi par priorité. Bien évidemment, celui qui se trouve dans un état critique en bénéficie en premier. Pendant ce temps, les autres attendent», ajoute M. Dover.   

À la maison, Alexis Dover Martin compte sur le soutien de ses parents qui sont présentement en arrêt de travail afin de l’épauler au quotidien. «Comme son système immunitaire était très faible, Alexis a été en isolement près de 30 jours. Il est maintenant à la maison, car les risques de contagion sont plus faibles pour lui, ici», mentionne le père d’Alexis, Pierre Martin. 

Organiser une collecte

Après son premier séjour à l’hôpital, Alexis Dover Martin comprend désormais l’importante de donner du sang. Le jeune organisateur convie d’ailleurs la population à venir en grand nombre à la première collecte de sang en son nom, ce jeudi 11 avril, de 13h30 à 20h, au Domaine du Parc de Cowansville.

Malgré la maladie qui l’afflige, le Cowansvillois trouve l’énergie nécessaire pour venir en aide aux personnes atteintes d’un cancer. Avec la complicité de Maude Hélianna Lallier, une jeune femme touchée par la leucémie qu’il a rencontrée au CHUS, il vend des petits bracelets de couleurs (au coût de 5$) au profit de Leucan et du CHUS. Les bracelets se trouvent d’ailleurs dans divers commerces de la région et en province.

 

 

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments