Le pont de la Vallée sera restauré cet été

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Le pont de la Vallée sera restauré cet été
Le pont de la Vallée, le seul pont international du Québec, sera fermé cet été afin d’être restauré au coût de 4,7 M$. (Photo : Journal Le Guide - Archives)

PATRIMOINE. Le pont de la Vallée, aussi connu comme le pont international reliant Glen Sutton à East Richford au Vermont, subira une cure de jeunesse forçant sa fermeture complète cet été à compter du 4 juin. L’Agence de transport du Vermont prévoit réaliser des travaux de réfection estimés à 4,7 M$.

L’ouvrage construit en 1929 a une valeur historique. Selon l’Évaluation patrimoniale du pont de la Vallée, produite en 2011 par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET), cette structure est de type «Parker» et la Belle province n’en compte que trois construites entre 1916 et 1930. «Il s’agit donc d’un type rare au Québec», écrivent les auteurs.

C’est pourquoi les représentants du Québec et ceux des États-Unis ont convenu de procéder à sa réfection plutôt qu’à sa reconstruction, explique Nomba Danielle, porte-parole à la direction de l’Estrie du MTMDET.

Conformément à l’orientation ministérielle sur l’identification et la gestion des ponts à valeur patrimoniale, publiée en 2005 par le MTMDET, le gouvernement «préserve autant que possible et détruit le moins possible les structures en autant qu’elles soient sécuritaires», ajoute Nomba Danielle.

Détérioration

Or, selon le MTMDET, la structure, située sur le chemin de la Vallée-Missisquoi et sur la rue Glen Sutton au Vermont, nécessite des travaux majeurs. L’Agence de transport du Vermont en arrive au même constat. D’après elle, le pont, la superstructure et la sous-structure sont détériorés. «La travée d’approche présente une corrosion importante, des poutres sont rouillées et le béton est fissuré», lit-on dans la feuille de projet publiée par l’Agence de transport du Vermont.

D’ailleurs, les poids lourds qui veulent traverser la rivière Missisquoi en empruntant ce pont ne peuvent excéder une hauteur de 4,3 mètres et un poids de cinq tonnes. «Une révision de ses capacités en avril 2008 a entraîné la diminution du tonnage permis, qui est passé de 32 tonnes à cinq tonnes en raison de l’état fragile de la structure métallique», peut-on lire dans l’Évaluation patrimoniale du pont.

Travaux à venir

L’Agence du transport du Vermont, maître d’oeuvre du projet, avait annoncé la tenue des travaux du 14 mai au 1<V>er<V> octobre, avant de se raviser. Le chantier débutera plutôt le 4 juin 2018 et doit durer environ 150 jours, soit près de 22 semaines.

Ceux-ci incluent notamment le remplacement d’une travée d’approche, la réhabilitation de la structure d’acier, la réparation d’un pilier, ainsi que les travaux nécessaires aux approches.

Le contrat de 3 101 607 dollars américains, soit environ 3 962 342 dollars canadiens, a été octroyé le 30 janvier 2018 à la firme CPM Constructors, basée à Freeport, dans le Maine. Selon Bloomberg, cette entreprise se spécialise notamment dans la construction de ponts, de routes et d’autoroutes. Deux autres entreprises américaines avaient également soumissionné.

La facture finale, estimée à 3 719 827,41 dollars américains (4 751 228 dollars canadiens), sera partagée entre le Vermont et le Québec proportionnellement au pourcentage de la longueur du pont situé sur le territoire de chaque état. Ainsi, le Vermont paiera 79,5% des frais et le Québec assumera la balance, soit 20,5%.

Entraves et détours

Le pont de la Vallée sera fermé à la circulation dans les deux directions durant les travaux de réfection. Selon le MTMDET, en moyenne 30 véhicules empruntent quotidiennement le pont de la Vallée. De ce nombre, 7 % sont des camions. Durant les travaux, les utilisateurs devront faire un détour d’environ 11 kilomètres en empruntant les chemins de la Vallée-Missisquoi, Scenic, Ingalls, la rue des Églises et la route 139. Les usagers canadiens qui désireront traverser aux États-Unis seront ainsi redirigés vers le poste frontalier Abercorn.

Partager cet article