Les citoyens de Sutton sondés sur leur intérêt au covoiturage et à l’autopartage

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Les citoyens de Sutton sondés sur leur intérêt au covoiturage et à l’autopartage
Un sondage pour connaître l’intérêt des citoyens de Sutton à covoiturer et à faire de l’autopartage est en cours de réalisation. (Photo : Deposit Photos)

COMMUNAUTÉ. Le projet d’implanter un système d’autopartage et de covoiturage à Sutton franchit une nouvelle étape. Les citoyens sont invités à répondre à un court sondage pour connaître leur niveau d’intérêt à avoir un tel service dans leur municipalité.

Depuis quelques jours, un sondage, prenant environ dix minutes à compléter, est disponible à l’adresse www.autonomik.org/sondage-sutton. L’objectif? Dresser le portrait des besoins des Suttonnais en matière de transport de personnes durable.

Mené par Autonomik, une entreprise d’économie sociale créée par le milieu communautaire de la MRC Marguerite-D’Youville en Montérégie, le questionnaire permet de sonder l’intérêt relatif à quatre grands axes, soit l’autopartage, la gestion de flotte (qui permettrait à un groupe, un organisme ou une entreprise d’avoir accès à un véhicule selon ses besoins), le partage de véhicules personnels entre personnes et le covoiturage. La gestion de ces services pourrait être regroupée sur une plateforme mobile et internet.

Le sondage devrait être disponible en ligne pour une période d’environ deux mois. Thérèse Leclerc, une citoyenne de Sutton à l’origine de cette démarche, aimerait bien qu’au moins 70 personnes y participent. «Plus il va y avoir de réponses, meilleur et plus précis sera le portrait qui va s’en dégager», dit-elle.

Intérêt

Si les citoyens répondent favorablement au sondage, un ou des services pourraient voir le jour dans les prochains mois. «En région, le meilleur moyen de transport pour se déplacer, c’est la voiture. Le projet, par l’ensemble de moyens proposés, peut être une alternative intéressante. On pourrait avoir une autre façon de se déplacer et qu’elle soit durable», souligne Thérèse Leclerc.

À la base, cette citoyenne de 70 ans a lancé cette initiative pour ses besoins personnels, mais elle s’est rapidement rendu compte que les citoyens de Sutton avaient un certain intérêt. Si bien qu’une séance d’information à ce sujet s’est tenue à l’hôtel de ville de Sutton le 20 février dernier.

Partager cet article