Les frères Gaboriault: quatre Farnhamiens à la guerre de Corée

Photo de Claude Hebert
Par Claude Hebert
Les frères Gaboriault: quatre Farnhamiens à la guerre de Corée
Quatre membres de la famille Gaboriault

Plusieurs Farnhamiens ont combattu au sein des forces alliées durant la guerre mondiale de 1914-18, celle de 1939-45. D’autres encore ont pris part aux conflits en Afghanistan, en ex-Yougoslavie ou aux missions de paix de l’ONU. Mais quatre membres d’une même famille qui s’enrôlent dans l’armée pour participer à la guerre de Corée, c’est digne d’un scénario de film. C’est pourtant arrivé à Farnham avec les frères Gaboriault. À la veille du Jour du souvenir. lAvenirEtDesRivieres.com vous présente leur histoire.

Votre hebdomadaire a consulté les registres de la Légion royale canadienne afin d’en apprendre un peu plus sur le sort de ces quatre combattants de la guerre de Corée (1950-53).

Cinq membres du clan Gaboriault ont servi dans les Forces armées canadiennes. Les quatre premiers, Victorin, Pascal, Philippe et Jean-Paul, ont participé à la guerre de Corée. Leur jeune frère a par ailleurs marché dans leurs traces en choisissant la Royal Canadian Air Force.

«Lors de la guerre de 1939-1945, l’ainé de la famille de Philéas Gaboriault et Aline Charlebois, Victorin, a fait une croix temporaire sur son métier d’apprenti ferblantier en s’enrôlant dans le Régiment de  Maisonneuve. Après son entraînement de base, il a rejoint son unité pour participer à la libération de Cuijk, en Hollande. Lors d’un transport de troupes, un obus a fait sauter le véhicule de son équipe tuant et démembrant ses occupants qu’on aura de la difficulté à identifier correctement. La plaque de Victorin Gaboriault a été retrouvée dans les débris et son propriétaire a été porté mort. Un mois plus tard, un revenant, retracé par l’armée russe alors qu’il gisait inconscient dans un fossé, causera une grande surprise en se rapportant aux officiers de l’unité (…). La mère de Victorin n’a plus jamais été la même après cet épisode», relate M.Beaulieu.

Démobilisé à la fin de la guerre, Victorin Gaboriault reprend sa formation de ferblantier, mais la guerre de Corée vient à nouveau changer ses plans. Il joint alors les rangs du Royal 22e Régiment.

«Cette fois-ci, Victorin n’était plus seul, trois de ses frères ayant décidé de lui emboîter le pas. Les quatre Gaboriault ont pris le train à la gare de Farnham devant une foule assez importante venue leur souhaiter bonne chance (…) Suite à un entraînement de huit mois au Japon, ils seront dispersés dans diverses unités de combat. Philippe sera rapporté blessé en novembre 1951 et Jean-Paul en janvier de l’année suivante», ajoute M. Beaulieu.

Au dire de ce dernier, le cas des Gaboriault a quelque chose d’assez unique.

«Il est assez commun de voir des familles avec des militaires de père en fils ou ayant deux membres de la même fratrie dans les forces armées. Y  trouver cinq frères est plutôt unique, tout spécialement quand quatre d’entre eux participent au même conflit», poursuit le porte-parole de la Légion de Farnham.

Hommage aux soldats

Le 11 novembre prochain, les anciens combattants et leurs familles se réuniront au cénotaphe de Farnham, situé aux abords de la banque CIBC, pour rendre hommage aux citoyens ayant combattu outremer ou ayant perdu la vie sur un champ de bataille.

Ce monument, érigé au lendemain de la Première Guerre mondiale, nous apprend notamment qu’une centaine de Farnhamiens ont combattu en Europe durant la Première Guerre mondiale. Neuf d’entre eux n’en sont jamais revenus.

En 1946, on y ajoutera le nom des 13 citoyens décédés au front lors de la Deuxième Guerre mondiale.

«Il est difficile d’établir avec exactitude le nombre de Farnhamiens qui ont pris part à la guerre de 1939-1945. Un relevé rapide des vétérans enterrés au cimetière Saint-Romuald se chiffre à 55. Un relevé similaire dans les cimetières protestants augmenterait sans doute ce nombre aux environs de 100. Et le nombre serait encore plus grand si on avait les données de ceux qui ont déménagé à Granby et ailleurs entre la fin de la guerre et aujourd’hui», indique Gilbert Beaulieu, porte-parole du chapitre 38 de la Légion royale canadienne et membre de la Société d’histoire et de généalogie de Farnham.

Ce dernier laisse entendre qu’il n’existe aucun relevé des Farnhamiens décédés à la suite d’une participation aux différentes missions de paix sous l’égide de l’ONU.

La Ville de Farnham a récemment nommé un parc en l’honneur du major général Alain Forand, du Royal 22e Régiment. Ce haut gradé des Forces armées canadiennes, aujourd’hui à la retraite, s’est notamment distingué à Chypre (Étoile du courage) et en Croatie (Croix du service méritoire).

Un autre militaire de carrière, Daniel Chénard, a par ailleurs servi à Chypre, en Bosnie, en Haïti, en ex-Yougoslavie et en Afghanistan.

Il convient également de souligner les états de service de l’adjudant Pierre Côté, un réserviste du bataillon Les Fusiliers Mont-Royal, qui a combattu trois fois en Afghanistan.

Partager cet article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments