Les Incroyables comestibles s’enracinent à nouveau à Cowansville

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Les Incroyables comestibles s’enracinent à nouveau à Cowansville
L’an dernier, des pois, du kale, des tomates, des bettes à carde, des fines herbes, des fleurs comestibles et des haricots avaient été cultivés dans le cadre du projet des Incroyables comestibles. (Photo : Gracieuseté)

AGRICULTURE URBAINE. Inauguré l’an dernier, le projet des Incroyables comestibles, chapeauté par le marché public Coeur de carotte, sera de retour à Cowansville cet été. L’objectif? Que la ville puisse renforcer son statut de ville nourricière.

Le projet des Incroyables comestibles de Cowansville s’inspire du mouvement citoyen international du même nom qui a pris naissance au Royaume-Uni. Les gens sont invités à créer des espaces comestibles aux quatre coins de leur ville: devant les résidences, dans les cours arrière, sur les lieux d’affaires ou encore dans des endroits publics. Les légumes, fines herbes, fruits et fleurs comestibles qui sont cultivés dans ces jardins sont partagés à tous.

À ce jour, quatre bacs, situés sur la rue John, devant le marché public, seront mis à la disposition des Incroyables comestibles de Cowansville. En plus d’offrir un espace de jardinage en hauteur, et donc adapté à tous, les bacs sont également des bancs.

Christine Hernandez, coordonnatrice du marché public Coeur de carotte, discute actuellement avec l’administration cowansvilloise pour pouvoir utiliser des espaces municipaux, notamment des bandes de terre où des fleurs décoratives sont habituellement mises en terre.

Les plants des Incroyables comestibles, qui seront soient offerts gracieusement par des producteurs ou encore par des citoyens, seront plantés dans les bancs-bacs et autres espaces verts publics, le cas échéant. Les citoyens devront ensuite les entretenir, les arroser, les désherber et bien sûr, profiter des récoltes. Le marché public laissera des arrosoirs en libre-service pour faciliter l’entretien des végétaux, mentionne Mme Hernandez.

L’an dernier, des pois, du kale, des tomates, des bettes à carde, des fines herbes, des fleurs comestibles et des haricots d’Espagne avaient notamment été cultivés dans les bacs des Incroyables comestibles. Aux dires de Christine Hernandez, l’expérience n’avait cependant pas été aussi riche en récolte que ce qui était espéré. Elle mentionne toutefois que l’équipe y a réalisé quelques apprentissages qui ne seront pas répétés cette année, notamment en termes d’enrichissement de la terre.

Plus de vert dans la ville

Avec l’initiative cowansvilloise, Christine Hernandez souhaite contribuer à métamorphoser la ville. «C’est fou cette végétation passive avec toutes ces fleurs! Les Incroyables comestibles, c’est une petite guérilla urbaine qui incite les gens à utiliser tous les espaces où on peut planter des plants à y mettre des plantes comestibles», enchaîne-t-elle.

L’agriculture urbaine, prônée par les Incroyables comestibles, est également une façon de conscientiser la population à l’importance de renouer avec la culture, croit Christine Hernandez.

«Cowansville est entourée de producteurs agricoles. C’est important de créer des liens avec les producteurs qui sont aux alentours. On cherche à faire entrer l’agriculture dans la ville», mentionne la coordonnatrice.

Le projet des Incroyables comestibles s’inscrit également dans la volonté du marché public de créer une coulée verte, c’est-à-dire un espace vert aménagé dans le cadre d’un plan d’urbanisation, sur la rue John, située en plein coeur du centre-ville de Cowansville. «Cette rue est très urbaine, bétonnée et c’est un îlot de chaleur. Paradoxalement, c’est là que se trouve le marché public. Celui-ci est au centre de la ville parce que c’est la meilleure façon d’avoir un réel impact et marquer les esprits», souligne Christine Hernandez.

Un projet visant à créer une fresque végétale sur la rue John a été soumis à la Ville. Le marché public attend une réponse.

Corvée de peinture

La communauté de Cowansville est invitée à venir redonner vie aux bancs-bacs des Incroyables comestibles le samedi 26 mai, de 9h à midi. Les coups de peinture donnés par les citoyens permettront de transformer ces structures, fabriquées en bois de palettes recyclées, en îlots de verdure colorés. Les plants des Incroyables comestibles seront également mis en terre à ce moment.

Partager cet article