Les inspections des bandes riveraines reprennent à Cowansville

Photo de Stéphanie MacFarlane
Par Stéphanie MacFarlane
Les inspections des bandes riveraines reprennent à Cowansville
Laurie Roy visitera les terrains riverains, cet été, à Cowansville. En plus de faire de la prévention, elle s’assurera de la conformité des bandes riveraines. (Photo : Journal Le Guide - Stéphanie Mac Farlane)

ENVIRONNEMENT. Les propriétaires riverains de la Ville de Cowansville devront s’attendre à recevoir la visite de Laurie Roy, stagiaire en urbanisme à la municipalité pour l’été. En plus de faire de la prévention et de la sensibilisation sur les bandes riveraines, elle s’assurera de la conformité de celles-ci.

En poste depuis la mi-mai, Laurie Roy a déjà débuté sa tournée à raison de deux à trois jours par semaine, et ce, jusqu’à la fin du mois d’août. L’étudiante en urbanisme à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) remettra aux riverains un dépliant comportant des informations relatives à la réglementation des bandes riveraines, mais aussi sur leurs utilités.

«Je vais aussi vérifier si les bandes riveraines sont conformes. Quand elles ne le seront pas, je vais installer un piquet pour indiquer au citoyen où il doit arrêter de tondre son gazon», explique la jeune femme, qui en est à sa deuxième année dans cette fonction.

Dans le cas où le propriétaire n’est pas présent, elle remettra un avis de courtoisie dans lequel se trouvent également des explications.

Tournée

Il est difficile d’estimer précisément le nombre de propriétés qui seront visitées cet été, mais Laurie Roy se rendra sur les terrains ceinturant le lac Davignon et ceux bordant les autres cours d’eau de l’ensemble du territoire.

Pour bien orienter son travail, Laurie Roy a consulté les analyses effectuées par la MRC Brome-Missisquoi, entre 2014 et 2016. Elle a débuté ses visites aux endroits où les bandes riveraines n’étaient pas conformes ou qui étaient en mauvais état.

La Ville de Cowansville assurera également un suivi. «Les [rapports] d’inspection de Laurie seront rentrés dans le système informatique de la Ville. On retournera voir si le citoyen a arrêté de tondre le gazon à l’endroit indiqué», explique Olivier Ricard, directeur du Service de l’urbanisme de la Ville de Cowansville.

En cas de non-conformité, un constat d’infraction en vertu du règlement sur les bandes riveraines pourrait être donné. «Mais le but est avant tout de sensibiliser», ajoute M. Ricard. «Les bandes riveraines sont un sujet sensible pour certains citoyens parce qu’ils perdent une partie de leur terrain», poursuit Zoë Ipiña, biologiste et coordonnatrice projets à l’Organisme de bassins versants (OBV) de la Yamaska.

L’importance des bandes riveraines

En arrêtant la tonte du gazon, le citoyen permet à la bande riveraine de retrouver son état naturel. Cela permet, entre autres, de limiter l’érosion, mais aussi de filtrer les écoulements vers le cours d’eau. L’ombrage créé par la végétation favorise aussi la régulation de la température de l’eau et a des répercussions positives sur les habitats fauniques, explique Mme Ipiña.

Si la plantation d’arbustes favorise une bande riveraine saine, Zoë Ipiña indique que les citoyens ont le choix ou non de procéder ainsi, pour des raisons financières. «On ne peut pas les obliger à investir pour des arbustes, mais arrêter de tondre son gazon à cet endroit ne coûte rien. Évidemment, on encourage la plantation d’arbustes», ajoute-t-elle.

Olivier Ricard mentionne que Cowansville comporte de belles bandes riveraines et que de nombreuses améliorations ont été observées par le passé. «C’est une démarche éducative. On continue de se mettre à niveau. On s’attend à de beaux progrès», conclut-il.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article